Avant, pendant, après, Jean-Marc Parisis

Parisis

Avant, pendant, après, Jean-Marc Parisis
Editions Stock , Mars 2007

Rencontre, passion, rupture. Un triptyque amoureux « banal » que l’auteur parvient pourtant ici à traiter de façon inédite et brillante. Une fois n’est pas coutume, c’est l’homme qui parle, qui nous livre les tranches de sa vie avant, pendant, après sa rencontre avec Gail, la jeune femme qui va révolutionner son existence. Lui, c’est François Roman, parolier à succès. Malgré les centaines de chansons d’amour inscrites à son registre, il réalise qu’il ne connaissait rien à l’amour jusqu’alors. Juste des mots inscrits sur des partitions, sans aucun véritable ancrage dans sa vie. Avec Gail, ces textes vont trouver tout leur sens, gagner en densité, s’animer enfin. Il n’écrit plus seulement des chansons d’amour, il VIT cet amour, dans toutes ses nuances. Et nous le fait vivre.

Avec la minutie d’un chirurgien, Jean-Marc Parisis opère à une mise à nu des sentiments amoureux, de leur naissance à leur agonie, en passant par leur envol. Des cimes aux abîmes, de l’ivresse à la détresse, j’ai lu ce roman d’une traite, emportée par un style vif, un langage tantôt romantique, tantôt cru mais jamais obscène.

Emouvant. D’une justesse sidérante.

Jean-Marc Parisis : Avant, pendant, après. Editions Stock, mars 2007.

 

 

Quatrième de couverture :

« Je m’en souviens comme si c’était hier, d’un hier qui ne serait pas séparé d’aujourd’hui par la nuit. Accoudée au balcon, elle fumait en passant une main dans ses cheveux. La première fois que je l’ai vue, je ne l’ai pas vue, je l’ai aimée de dos. Je savais que lorsqu’elle se retournerait, ce serait pire. Blonde avec des traits de brune. Ses yeux brillaient d’une lumière mystérieuse et familière qui semblait venir du fond de l’enfance. Son visage n’avait pourtant rien d’enfantin, il signalait l’enfance sans la retenir. Elle me regardait, elle regardait ailleurs. Elle portait un vague danger, avec cet air d’en savoir trop et pas assez. »

  

    Ce roman vient de se voir décerner le prix Roger Nimier 2007.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s