Le prisonnier, de Anne Plantagenet (éditions Stock)

prisonnier

Le prisonnier, Anne Plantagenet
Editions Stock 2009

Dans un petit village au coeur des montagnes, dans un pays et une époque volontairement non définis, c’est soudain l’agitation. L’évènement. Les jeunes ont en effet capturé « Papa », un homme dont l’auteur laisse  planer le doute sur le statut de criminel sanguinaire ou de héros. Un être hirsute, traqué depuis des mois, que ces derniers vont faire prisonnier dans une école, dans l’attente de l’arrivée des autorités.


Julia, l’institutrice, est sortie brusquement de son sommeil et sommée d’aller lui apporter à boire et à manger. Et un face-à-face de s’engager pendant de longues heures entre la jeune femme de 19 ans et le prisonnier. Et le lecteur au fil des pages de se rendre compte que n’est pas prisonnier celui que l’on croît…

 
Si la peur régit les premiers instants de ce huis-clos oppressant, où le langage est presque exclusivement celui du regard, peu à peu l’un et l’autre s’apprivoisent pourtant. L’homme cesse d’être cet animal sale et répugnant dans le regard de Julia, tandis que l’institutrice s’attire la compassion du captif. Tous deux se reconnaissent dans leurs blessures – physiques pour l’homme, psychologiques pour Julia- mais aussi dans la trahison dont ils ont été victimes.  Les yeux de « papa » face à elle se font miroir et lui révèlent sa propre déchéance. Depuis le départ d’Abel, son grand amour, elle s’est réfugiée dans l’alcool, s’inflige des coups, avec pour seul compagnon un piano sur lequel elle interprète en boucle la même sombre sonate de Beethoven. Elle se retrouve aujourd’hui aux frontières de la folie, à l’écart des hommes.
« Julia s’est liée toute seule, pieds et poings (…) accusant les autres, Abel, tous, du bannissement dont elle seule est responsable ». Cette prise de conscience va-t-elle opérer un déclic salutaire ?


Au terme de cette nuit de regards croisés, de brefs mots échangés, auront-ils la vie sauve? Qu’est ce qui les attend ? Renaissance ? Mort ? Rédemption ?


Une narration à l’ambiance terriblement anxiogène…


Bibliographie

Un coup de corne fut mon premier baiser, Editions Ramsay 1998
Seule au rendez-vous, Editions Robert Laffont 2005 (prix du récit biographique 2005)
Manolete, Editions Ramsay 2005 (Prix de la biographie de la ville d’Hossegor 2006)
Marilyn Monroe, Editions Folio biographies 2007
Pour les siècles des siècles, Editions Stock 2008

Informations pratiques :

Prix éditeur : 14,50€
Nombre de pages : 139
ISBN :  9782234062603

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s