Concerto à la mémoire d’un ange : rédemption ou damnation?

concerto-a-la-memoire-dun-ange-ees

Concerto à la mémoire d’un ange, Eric-Emmanuel Schmitt

Editions Albin Michel, mars 2010

 

 

      Avec  Concerto à la mémoire d’un ange, Eric-Emmanuel Schmitt nous offre une belle symphonie de quatre nouvelles, qui s’inscrivent sur une même partition : celle de la liberté qu’à l’homme ou pas d’être le chef d’orchestre de son destin. Et de quel destin ? Face à une épreuve subie ou infligée, va-t-il pardonner à l’autre, se pardonner, ou s’enliser dans la cruauté, la vengeance ? Expiation ou damnation ?  Un bourreau peut-il s’amender ? Une victime devenir un monstre ?  

 

      Si l’auteur ne prétend pas apporter ici de réponse définitive, de note finale, il suscite chez le lecteur la réflexion, lui donne le « La » de l’introspection, de même que des mélodies qu’il lui laisse le loisir d’écouter et d’interpréter.  « Quand devenons-nous celui que nous devons être ? Dans notre jeunesse ou plus tard ? » Si l’éducation façonne l’adolescent, l’adulte est-il le fruit de ses choix ?  Car si vouloir changer est une condition nécessaire à l’évolution de chacun, est-ce pour autant une condition suffisante ? Là est le cœur de la réflexion.

 

      Une femme empoisonneuse qu’un abbé va tenter de pousser à avouer ses crimes à la justice (L’empoisonneuse), un marin qui face au deuil annoncé d’une de ses filles va mesurer à quel point il a été un père et un mari absent (Le retour), deux jeunes prodiges musiciens rivaux prêts à sacrifier la vie de l’autre pour réussir (Concerto pour un ange), un président de la République volage soumis au prisme du regard de sa femme (Un amour à l’Élysée), quatre courts récits magistralement ciselés, sans bémol, où dans un style très limpide, l’épure est de rigueur, la note extrêmement juste. Et chaque chute, inattendue et talentueuse.

En fin d’ouvrage, l’auteur nous livre  de surcroît son journal d’écriture, les questionnements qui ont jalonné sa rédaction. Un éclairage complémentaire et très enrichissant.

 

      On reconnaît bien ici l’excellence du dramaturge. La nouvelle est un format qui exige en effet d’aller à l’essentiel, d’être percutant à chaque phrase, chaque ponctuation. Pas de silence dans ce recueil, pas de tambours ni symbales, mais un travail qui sait magnifiquement faire oublier le travail.  Un très bel opus que ce concerto, dont les quatre mouvements forment un ensemble très harmonieux.

 

Citation extraite du journal d’écriture: « Lorsque la volonté s’abouche à l’intelligence, l’homme devient un animal fréquentable »

 

Informations pratiques :

 

Prix éditeur : 18€

Nombre de pages : 230

ISBN : 9 782226 195913 

 

Site de l’auteur : eric-emmanuel-schmitt.com