Le Karinotron avec … Grégoire Delacourt !

gregoire-delacourt

Né en 1960 à Valenciennes, Grégoire Delacourt est publicitaire. On lui doit notamment ces fameux slogans : « Vous n’aviez jamais mangé de camembert » (Cœur de Lion), « Nous vous devons plus que la lumière » (EDF), « Un Lutti d’offert, c’est un Lutti de perdu » (Lutti).  Celui qui jusqu’alors accumulait les prix dans la publicité, fait avec son premier roman « L’écrivain de la famille » aux éditions J.C. Lattès, une entrée aussi bien remarquée que remarquable. Prix Marcel Pagnol 2011, Prix Rive Gauche à Paris 2011, Prix Coeur de France 2011, ce MAGNIFIQUE roman, délicat, émouvant, drôle et tragique à la fois, fait l’unanimité.Un plébiscite qui n’est que justice rendue à son ineffable talent.

    Un homme de coeur, un écrivain dont la sensibilité à fleur de plume emporte le lecteur du rire aux larmes, de la tristesse à l’ivresse. Un bijou d’émotion dans toutes ses acceptions. « Peu de livres changent une vie. Quand ils la changent, c’est pour toujours. On ouvre une porte et on sait qu’on ne la refermera plus  » écrit Christian Bobin. « L’écrivain de la famille » fait partie de ces rares livres-là…

   Et n’hésitez pas à aller sur le site de l’auteur !  http://www.gregoiredelacourt.com/

Son Karinotron :


1-Votre livre de chevet


De plage plutôt. Je suis en train de lire le (gros) livre de mon amie Cristina Rodriguez, « Le César aux pieds nus » (Flammarion, 2002). Un formidable voyage dans l’Italie des années 30 (après JC) ; un cocktail qui fait tout oublier.

2- Vos lectures


Très disparates, comme toujours. L’Anthologie de l’Oulipo (Folio). Laura Kasischke (j’adore tout d’elle, je relis le glaçant A Suspicious River). David Foenkinos (que je découvre enfin, quel bonheur !). Valérie Tong Cuong (La battle). Curt Siodmak (Le cerveau du nabab, Série Noire Gallimard, 1942, un épatant roman noir). Grazia, Madame Figaro et Aujourd’hui (ah, les faits divers !). Et un jour, Karine Fléjo.

3-Votre façon d’écrire


Assis.

4-Votre rapport aux lecteurs


C’est la plus belle chose qui me soit arrivée depuis la sortie de mon roman. Recevoir des mots émus, bouleversés ; des encouragements.
On écrit seul et après, on n’est plus jamais seul. C’est un cadeau. Merci à eux, de tout cœur.

5- Votre prochain livre


Une femme. Elle se prénomme Jocelyne. Elle devrait vous bouleverser.

 

On attend donc avec une indicible impatience le deuxième roman de Grégoire Delacourt !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s