Koryfête l’été avec…Marco Koskas !

koskas                     

  Marco Koskas, dans quels livres allez-vous vous plonger cet été?

     Pour cet été, j’ai des projets de lectures liés à mon installation à Tel Aviv. Je vais donc lire tous les écrivains israéliens traduits en français, même ceux que j’ai déjà lus, comme David Grossman ou Amos Oz.

 
     Première de la liste: Alona Timhi et son hilarant  » Lily la Tigresse ». Je n’en ai lu que 78 pages, et j’ai déjà piqué deux fous rires, ce qui est un peu en deça du ratio de fous-rires que m’ont procuré  » La Conjuration des Imbéciles  » et « Mort à Crédit », mais c’est quand même pas mal. « Lilly la Tigresse », c’est l’histoire d’une grosse fille qui n’a qu’une seule copine, laquelle est mariée à un sale type très jaloux et violent. Enfin, c’est l’impression que donne le livre là où j’en suis, et c’est une expérience enrichissante en soi que de parler d’un livre dont on n’a lu que les 20 premiers pour cent. On peut faire totalement fausse route, donc c’est déjà bien. Mais, étant le genre de lecteur à abandonner un bouquin au bout de cinq pages si je ne suis pas embarqué, on peut aussi en déduire que je suis embarqué. Embeded, dit-on en américain, pour ces reporters qu’on embarque avec soi sur le champ de bataille. Bref je suis embeded sur Lily La Tigresse ( Folio ). Ces vingt premiers pour cent montrent qu’Alona Timhi est sûrement très folle et très marrante. Ses personnages sont bien allumés et son lexique en sels de bains est assez riche. Je dis ça parce qu’au cours de ces 78 premières pages, en effet, Lilly se prépare à aller avec sa copine au cirque. Donc elle fait couler un bain et se pomponne pendant que sa copine prend une rouste à la maison. Finalement Lilly va seule au cirque, mais à force d’attendre sa copine, elle rate la première moitié du spectacle. J’en suis là.

 
     Ensuite je lirai un truc plus grave d’Emmanuel Pinto, qui vient de paraître chez Actes Sud. Ca s’appelle  » Acouphène », et d’après ce que j’ai compris, c’est un livre qui parle de la guerre au Liban en 1982, et de Jean Genet, écrivain anti-juif idolâtré par Sartre et la gauche française. Enfin j’ai pas encore lu mais Emmanuel Pinto étant devenu un copain, il faut que je lise ça. J’espère pouvoir aussi lire le nouveau livre de Delphine Bertholon, puisque l’année dernière à la même époque je lisais son précédent roman. Mais je me demande si les romans de Delphine peuvent être considérés comme israéliens. Il faudra que je me renseigne…. 
 

                                                                                             Marco Koskas


Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s