« Mais qu’est-ce que tu fais là, tout seul? »,de Pierre Szalowski, aux éditions Héloïse d’Ormesson : un antidote à la morosité!

9782350872063

Mais qu’est-ce que tu fais là, tout seul?, de Pierre Szalowski

Éditions Héloïse d’Ormesson, aout 2012

 

     24 décembre. Veille de Noël. Martin Ladouceur semble avoir tout pour être heureux. Star de hockey, adulé des patinoires, récemment transféré dans la grande équipe des Canadiens de Montréal, il lui a toujours suffi de désirer pour obtenir, de murmurer pour être écouté, de vouloir pour avoir. Et pourtant. Pourtant, en ce jour de réveillon, Martin n’a pour seule compagne qu’une redoutable solitude. « Tu verras, Ladouce, tu finiras seul, tout seul ». Ce qu’on lui avait prédit est arrivé.

     Ses troisièmes mi-temps avec des femmes d’un soir et ses fêtes sulfureuses imbibées d’alcool, sont devenues presque plus célèbres que lui. Sur le déclin, ce milieu de requins qui l’a tant loué ne lui fait aucun cadeau. « C’est de plus en plus dur. Il faut être toujours le plus fort. Surtout qu’arrivé tout en haut, ceux qui t’admirent d’en bas n’ont pour seule ambition que de te faire trébucher pour prendre ta place. »

     Et s’il s’était trompé dans sa quête de bonheur? Pas de compagne à ses côtés, pas d’enfant, pas d’ami véritable, il réalise n’avoir été aimé que pour ses prouesses sportives. Un amour conditionné au nombre de buts marqués et donc révocable.

     Mais tandis que ce réveillon s’annonce pour le moins désenchanté, l’irruption d’un petit garçon de 7 ans dans sa chambre d’hôtel va tout bouleverser. Le coeur de la terreur des patinoires ne reste pas de glace. Et de se poser la question de la paternité, de son désir d’enfant. Naît-on père ou le devient-on? Peut-on parler d’instinct paternel? Et si le bonheur véritable se trouvait dans la capacité à aimer et à être aimé pour ce que l’on est et non pour ce que l’on paraît?

 

     Dans ce roman délicieusement tendre, Pierre Szalowski, joliment qualifié de « bonheuraturge », nous offre un concentré de douceur, de sensibilité et de drôlerie. Mais qu’est-ce que tu fais là, tout seul?  est une petite philosophie du bonheur à lire sans modération, à relire, à offrir.

     Un coup de coeur!

 

P.155 : « L’innocence de l’enfance, c’est cette faculté de se persuader que rien n’est impossible, de croire à la magie sans qu’intervienne la raison » .

photo.JPG