La servante du Seigneur, de Jean-Louis Fournier : gros coup de coeur!

fournier_servante_seigneur

La servante du Seigneur, de Jean-Louis Fournier

Editions Stock, rentrée littéraire 2013

 » Nous on était heureux avec elle. Peut-être qu’elle n’était pas heureuse avec nous? » P.116. Jean-Louis Fournier essaye de comprendre l’incompréhensible : pourquoi sa fille s’est-elle coupée du monde et de lui, en embrassant la foi? Elle si joyeuse, si brillante, épanouie dans son travail de graphiste. Elle si complice avec son père…  Depuis qu’elle a rencontré celui que l’auteur surnomme « Monseigneur », il ne la reconnait plus.

Alors il l’interpelle, l’appelle, l’interroge, s’interroge. En quoi se tourner vers Dieu impose de se détourner des autres, de ses proches? Pourquoi ne supporte t-elle plus aucune contradiction? « Sectaire, ça commence comme sécateur, ça coupe. Ça coupe des parents, ça coupe des amis, ça coupe du monde professionnel, ça coupe du monde tout court. Ma fille porte les cicatrices de ces coupures »P. 84.

Dans de courts chapitres, très rythmés, l’auteur pousse un cri d’amour et de désespoir. Avec l’humour noir merveilleux qui le caractérise, car « l’humour est un antalgique, on l’utilise quand on a mal » (P.118) il évoque ses blessures et son désir plus fort que tout : que sa fille revienne, avant qu’il ne s’en aille…

Juste magnifique.

P. 106 : Peut-être qu’à la différence des piles, les sentiments s’usent quand on ne s’en sert pas.

Informations pratiques :

Nombre de pages : 155

Prix éditeur : 14€

ISBN :9782234075368

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s