Lucia Antonia funambule, de Daniel Morvan, aux éditions Zulma : une grâce infinie

livre_l_572075

Lucia Antonia, funambule, de Daniel Morvan

Editions Zulma, août 2013

 

Arthénice l’absente. La moitié. Le double. Inconsolable suite à la mort accidentelle de sa jumelle funambule, Lucia Antonia la fait revivre sur le fil de sa plume, sur la scène de ses carnets intimes. Des mots déposés avec grâce sur le papier, pas après pas, au fil des souvenirs, au gré des recommandations à suivre pour un jour reconquérir le fil. Avec leur philosophale amitié pour ombrelle. Un équilibre encore si fragile…

Touche par touche, comme une toile de Seurat, Lucia Antonia peint le portrait d’Arthénice, esquisse les liens merveilleux qui les unissaient, son incommensurable chagrin suite à la chute qui lui a couté la vie. Bannie, depuis l’accident, du cirque crée par son grand-père Alcibiade, accusée de porter malheur à la troupe, la tournée continue sans elle. Recluse sur une presqu’île, entourée de marais salants, d’oiseaux, de silence, Lucia Antonia laisse affleurer à la surface de sa mémoire les couleurs de leur bonheur d’alors, les ténèbres de son chagrin, la lumière de ses espoirs. Car l’espoir demeure, aussi solidement arrimé à son esprit que son fil de funambule l’est aux arbres. Il lui faut transcender la douleur et continuer à avancer sur le fil ténu de la vie. Dans cet oasis de paix, dans un dénuement extrême, où seul l’essentiel a sa place, elle fait la connaissance de Eugénie et Astrée, deux réfugiées africaines d’une sagesse infinie, d’un garçon voilier et d’un peintre…

Avec beaucoup de poésie, dans un style très éthéré, Daniel Morvan nous emmène sur les pas d’une danseuse de corde, entre ciel et terre, entre rêverie et réalité. Un roman d’une délicatesse rare.

P. 115: Je ne serai jamais rassasiée d’elle comme je l’étais de son vivant, ce sera une faim infinie que le silence peut seul tromper. J’en viens à souhaiter de plus dures épreuves, à les rechercher comme si le mal me la rendait plus proche; à m’accuser de trouver du bonheur dans cette douleur, de sorte qu’espérer qu’un jour l’âme s’échappe du corps me semble une lâcheté, comme celle d’un soldat quittant la bataille.

Informations pratiques :

Prix éditeur : 16,50€

Nombre de pages : 144

ISBN : 978-2-84304-647-6

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s