Après quoi on court, de Jérémy Sebbane : l’urgence de vivre

image

Après quoi on court, de Jérémy Sebbane
MA Editions, à paraitre le 13 mai 2014

 
Portrait d’une génération et d’une époque, Après quoi on court, de Jérémy Sebbane, est une oeuvre originale et forte qui explore avec brio les affres de l’adolescence et les difficultés du passage à la vie adulte.

Ils ne sont plus des enfants, mais pas encore des adultes. Nous sommes au début des années 2000, ils ont 15 ans, des rêves plein la tête, des envies, des espoirs. Et courent au devant, sans se poser de questions, fougueux, passionnés, déterminés. Entiers. « Ils », ce sont quatre amis, Lisa, Aaron, Michaël et Dana. Une amitié mâtinée d’amour, ce qui n’est pas sans complexifier les relations. Car si Lisa aime Aaron, ce dernier n’a d’yeux que pour Michaël. Et Michaël d’hésiter, troublé par son inclination pour les hommes, en l’occurrence ici Aaron, au même titre que pour les femmes et tout particulièrement Dana. Que faire quand les sentiments ne sont pas partagés? Espérer que ces derniers évoluent dans le sens d’un renforcement, renoncer définitivement ou feindre s’accommoder de liens amicaux? Comment accepter et faire accepter d’avoir une identité sexuelle autre, quand on est élevé dans un milieu conservateur, attaché à la tradition? Comment supporter que l’autre voie en vous son confident, son meilleur ami quand c’est d’amour dont vous rêvez avec lui? L’amour et ses affres…
A l’école de la vie, ils foncent, aiment, pleurent, s’interrogent, tombent, se relèvent, apprennent (ou pas) de leurs blessures, s’écorchent aux ronces de l’amour, mais ils courent, toujours, emportés par l’urgence de vivre.
Dans ce roman choral, les quatre protagonistes nous font partager leurs doutes, leurs envies, leurs peurs. Ils interpellent tour à tour le lecteur, le prennent à témoin, l’interrogent comme ils s’interrogent. Et le lecteur de devenir alors le cinquième personnage du roman, d’accompagner Dana, Lisa, Aaron et Michaël pendant dix années, dix années essentielles dans leur construction, leurs choix de vie. Et de refermer le livre avec le sentiment de s’être fait quatre nouveaux amis…
Un roman très vivant!