Glissez Catherine Locandro dans votre poche!

L’enfant de Calabre, Catherine Locandro

Editions Pocket, juillet 2014

 

Une quête identitaire remarquablement menée!

« J’occupe un appartement à Bruxelles, mais j’ai le sentiment de n’habiter nulle part. Je suis de passage. Un corps désincarné, plus léger que l’air. » Frédérique, 39 ans, arrive à un moment de sa vie où avancer suppose d’avoir au préalable résolu les énigmes qui émaillent son passé. Effacer tous les points d’interrogation, combler les points de suspension, mettre un point final à ces non-dits familiaux, à ces secrets de famille qu’elle pressent sans pouvoir les identifier clairement. Une quête de soi incontournable. Vitale même.

Pour amorcer ces recherches, une photo. Sur ce cliché trouvé dans les affaires de sa mère à son décès, un couple : son père avec une inconnue. Mais surtout, un père qui affiche un visage doux, aimant, détendu, si éloigné du légionnaire renfermé qu’elle a connu. Un étranger. Qui est donc cette femme? Quelle place occupait-elle dans la vie de son père? Sa mère, détentrice de la photo, avait-elle cherché à savoir elle aussi? Et d’investiguer.

Une enquête magistralement menée, qui conduit l’auteur à nous faire voyager dans le temps et dans l’espace. Car parallèlement aux recherches qu’elle mène sur la Côte d’Azur et en Italie, combler les pièces manquantes du puzzle de son histoire familiale la renvoie en 1954 à Diên Biên Phu. Retour sur l’atrocité de la guerre d’Indochine, sur l’amitié philosophale entre deux légionnaires, Matteo et Vittorio, devenus frères de coeur, soudés à la vie à la mort. Quel rapport entre ces deux hommes et Frédérique? En quoi les liens qui les unissaient ont-il contribué à tisser la trame de sa propre existence? Et si le canevas familial qu’on lui avait présenté toutes ces années était faux?

L’enfant de Calabre est un roman remarquablement rédigé et construit. Un voyage poignant au coeur de soi, de cette nécessité pour tout un chacun de connaître ses origines, ce qui l’a façonné, pour pouvoir s’accepter, s’aimer et aimer à son tour….

Une écriture d’une sensibilité, d’une justesse et d’une finesse extraordinaires. Un suspens savamment entretenu. Un roman brillant à lire de toute urgence!

Publicités

Chevrotine, de Eric Fottorino (éditions Gallimard) : magistral!

url

Chevrotine, de Éric Fottorino

Éditions Gallimard, mai 2014

 

 

Toutes les femmes attendent le grand amour. Sa femme attendait son assassin…

Deux jours, pas un de plus, c’est le délai que le cardiologue a accordé à Alcide Chapireau avant de l’hospitaliser. Un sursis exigé par l’ancien marin pour écrire à sa fille Automne, une jeune femme de bientôt 22 ans. Car à l’hiver de sa vie, il lui doit des explications sur la mort mystérieuse de sa mère, Laura. Certes, faute d’éléments, la police avait conclu 20 ans plus tôt à une disparition et classé le dossier, version dont il pourrait laisser sa fille se contenter. Mais Chapireau connaît la vérité et la lui doit. Un aveu si difficile qu’il achoppe sur les mots.

Tout avait pourtant bien commencé avec Laura. Veuf et père de deux jeunes garçons, Alcide ne croyait plus en l’amour. Rien ni personne, pensait-il, ne pourrait le consoler du décès de la merveilleuse Nélie, foudroyée par un cancer trois ans plus tôt. Laura arriva donc dans sa vie comme le messie. Une renaissance pour Chapireau. Un retour à la joie de vivre. A la vie. Le rêve.

Un rêve qui vira au cauchemar peu de temps après la naissance de leur fille Automne. Laura perdit son aura et se révéla autre. Versatile, violente, perverse. Laura-la-dingue succédait à Laura-la-douce dans une ronde affolante. Et imprévisible. Son objectif? Détruire l’homme qu’elle aime, en s’attaquant à lui, à ses enfants, à tout ce qui lui est cher. Un amour terroriste, une destruction systématique, qui, telle une armée de termite fragilise les fondations de tous. Pour survivre, Alcide, victime, deviendra à son tour bourreau…

Avec Chevrotine, Éric Fottorino nous livre un roman remarquable sur l’emprise dans le couple. Comment les failles de l’un, son manque d’amour hérité de l’enfance, son caractère abandonnique, font-ils de lui la proie idéale? Comment le bourreau assoit-il sa force sur les faiblesses de l’autre? Quelle issue pour la victime? L’analyse psychologique des personnages est d’une justesse chirurgicale. Au scalpel de sa magnifique plume, l’auteur dissèque l’âme des protagonistes et nous livre une intrigue captivante, bouleversante, édifiante.

Un roman magnifiquement écrit à lire absolument!

Informations pratiques :

Nombre de pages : 181

Prix éditeur : 18,50€

ISBN : 978 2070 146017

Le bonheur en prime, Emmanuelle de Boysson (Flammarion)

url

Le bonheur en prime, Emmanuelle de Boysson

Éditions Flammarion, mai 2014

Une folle parenthèse où la fantaisie est une invitation à se dépasser. Un roman optimiste qui nous rappelle que le bonheur est un pari sans risque.

Voilà plus de cinquante ans que Jules Berlingault, entêté et facétieux nonagénaire, habite l’immeuble. Un lieu de vie dont il se sent responsable et ardent défenseur de l’harmonie entre tous. Or ces derniers temps, ce n’est que crise à tous les étages.

Une lettre de son cupide neveu, le menaçant de le mettre sous tutelle de crainte qu’il ne dilapide « son » héritage, va le mettre hors de lui. Puisque ce petit imbécile en veut à son argent, il n’aura rien! Il annonce alors à son fidèle majordome depuis trois décennies, le bien nommé Gaspard, qu’il le désigne comme son légataire universel. Une merveilleuse nouvelle qui porte Gaspard aux nues. Et de projeter dans ses futurs lieux de villégiature, et d’imaginer ce qu’il s’offrira. Le rêve. Un rêve qui va tourner au cauchemar quand Berlingault entreprend de restaurer la bonne entente entre les locataires.

En effet, entre l’écrivain dépressif, la jeune artiste peintre et le couple au bord du divorce, rien ne va plus. Face à ces désastres, Berlingault, homme sage, réfléchi et apte au bonheur, se sent investi d’une mission : dispenser le bonheur autour de lui, être pour chacun un révélateur de ce qu’il a de meilleur. Pour mener à bien son entreprise, il invite tous ces habitants en vacances dans sa maison de l’île de Ré et les met face à un défi de taille : s’ils parviennent à s’entendre, à faire régner le bonheur autour d’eux et entre eux, alors… ils hériteront de sa fortune! Mais attention, il ne s’agit pas de jouer la comédie du bonheur. Il s’agit d’être véritablement heureux, d’apprendre à se dépasser, à croire en ses rêves. Bien évidemment, leur réussite signerait ce que Gaspard vit comme une spoliation. Ce dernier entreprend dès lors de tout faire échouer.

Une comédie drôle, tendre, optimiste, avec pour cadre la magnifique île de Ré la blanche. Une lecture idéale pour des vacances à Ré…ou ailleurs!

Trop, de Jean-Louis Fournier (éditions de La Différence): « trop » délicieux!

CVT_Trop_849

Trop, de Jean-Louis Fournier

Éditions de La Différence, juin 2014

 

Trop de livres à lire, trop d’articles à rédiger, trop d’interviews à réaliser, trop de passions, trop de sollicitations, trop peu de disponibilité, trop d’envies à assouvir. Il s’en fallut de peu que dans ce tourbillon de « trop« , je passe à côté de ce livre. Mais malgré ce trop peu de temps, recevoir le nouveau livre de l’exquis Jean-Louis Fournier était trop tentant. Aussi, malgré le trop plein de romans de la rentrée littéraire en attente d’un article, je n’avais pas trop envie d’attendre de découvrir Trop. Je l’ai alors ouvert et lu…au trot.

Trop d’informations, trop d’écrivains, trop de livres, trop de choix, trop vite, trop de monde, trop d’écrans, trop d’embouteillages, trop de tout, tout le temps et partout. « Trop c’est trop ! », s’exclame à fort juste titre l’auteur. Là où la pluralité et la croissance exponentielle de l’offre (dans tous les domaines) pourraient laisser supposer une meilleure adéquation à nos attentes, force est de constater le contraire. Trop de choix tue le choix, nous plonge dans l’embarras. La quantité nuit à la qualité. Que choisir parmi les 70 000 périodiques, les 2 500 magazines, les 13 500 stations de radio, les 12 mètres linéaires de yaourts et autres produits de consommation dont on nous bombarde les mérites toujours plus grands? Comment ne pas être noyés sous les sollicitations multiples, l’abondance de publicités, les innovations incessantes? Jean-Louis Fournier a une solution imparable : la meilleure façon de ne pas se tromper quand on achète est de ne rien acheter!

Avec l’incomparable et délicieux humour qui le caractérise, Jean-Louis Fournier aborde un sujet grave, celui de notre société malade de sa surabondance. Trop, n’est pas un livre de trop. Car quand il s’agit de la plume délicieuse de Jean-Louis Fournier, de ses raisonnements toujours si pertinents, on n’en a jamais assez. On en réclame encore, on en réclame toujours, car la dernière page venue, on en a trop peu eu.

Un délice de lecture à découvrir sans trop attendre!

P.91 : « Dans certains livres, trop de pages. Dans les pages, trop de mots. Quelquefois des mots inutiles. Des mots compliqués pour faire intelligent. Quand on ne trouve pas le mot juste, on met plusieurs mots approximatifs. Avec sa plus belle plume, l’écrivain ajoute des adjectifs qualificatifs pour remplir les vides et pour décorer. Ce n’est plus une page de livre, mais une vitrine de Noël. »

 

Adultère, de Paolo Coelho (éditions Flammarion)

adultere_paulo_coelho-610x225

Adultère, de Paolo Coelho

Éditions Flammarion, mai 2014

Linda, 31 ans, a de son propre aveu tout pour être heureuse. Un mari aimant, patron d’un fonds d’investissement qui le hisse chaque année dans le palmarès des 300 personnes les plus riches de Suisse. Deux enfants qui sont « sa raison de vivre ». Un travail de journaliste passionnant. Tout semble aller pour le mieux.

Semble seulement. Car l’interview d’un écrivain va ébranler ses certitudes. Quand ce dernier lui répond «  Je m’en moque totalement d’être heureux. Je préfère est d’être toujours amoureux, ce qui est dangereux car on ne sait jamais ce qu’on va trouver au delà », elle se met à douter. Une phrase qui, telle une termite, va fragiliser ses fondations. Et de se rendre compte qu’elle ne prend jamais aucun risque, attend que la vie décide pour elle au lieu de s’interroger sur son cours et prendre les décisions qui s’imposent.

Au fil des mois, une terreur la gagne. Terreur que sa vie s’écoule ainsi comme un long fleuve tranquille jusqu’à la fin de ses jours. Terreur tout aussi grande de changer et de risquer de perdre les siens, ses repères, ses acquis. Un dilemme qui peu à peu la mène vers la dépression. Ce besoin impérieux de changer va la conduire à entamer une relation adultérine avec un ex-petit ami d’adolescence, Jacob König, aujourd’hui avocat et homme politique de renom. « La vie retrouve son sel, parce que l’apathie des jours passés est remplacée par la peur. Quelle joie d’avoir peur de rater une occasion! »

Mais la machine s’emballe. Mensonges, manipulation, perversion, la joie n’est qu’éphémère. Sans compter la culpabilité de trahir la confiance indéfectible que son mari place en elle…

P. 168: Nous ne sommes pas ce que nous désirons être. Nous sommes ce que la société exige. Nous sommes ce que nos parents ont choisi. Nous ne voulons décevoir personne, nous avons un immense besoin d’être aimés. Alors nous étouffons le meilleur de nous-mêmes. Bientôt, ce qui était la lumière de nos rêves devient le monstre de nos cauchemars. Ce sont les choses non réalisées. Les possibles non vécus.

P. 231 : l’amour n’est pas seulement un sentiment, c’est un art. Et comme tous les arts, l’inspiration ne lui suffit pas, il faut aussi beaucoup de travail.

11 excellentes raisons de lire!

kid-reading2-300x225

Aujourd’hui nous pouvons faire glisser des pages et des pages interminables sur nos tablettes et téléphones. Nous avons accès à de plus en plus d’archives, d’articles et de nouvelles en ligne. Mais malgré le fait que nous puissions lire plus que jamais, il reste une différence de taille entre la lecture et la lecture de livres.

Selon le Telegraph , tandis que la lecture est à la hausse, la qualité de celle-ci est en déclin. La lecture de votre timeline Facebook n’est pas le même que la lecture de Tolstoï. C’est embêtant, car la lecture d’un bon livre ce  n’est pas seulement amusant … c’est aussi ce qu’il y a de plus enrichissant. La preuve en 11 points :

Ami de la lecture

1. La lecture élargit votre vocabulaire

Une étude réalisée par le Rhhode Island Hospital a démontré que lire des histoires à vos enfants dès le plus jeune âge avait de nombreux aspects positifs. Ils ont comparé deux groupes de bébés âgés de huit mois. Le premier groupe a profité de divers lectures tandis que l’autre non. Il s’est avéré que le 1er groupe de bébés  a vu son vocabulaire réceptif (nombre de mots qu’ils comprennent) augmenté de 40%, contre seulement 16% pour le second groupe. (source : raisesmartkid.com)

– Lire des histoires à votre enfant renforcera votre lien avec lui, lui apportant un sentiment d’intimité et de bien-être.

– La lecture apaise votre enfant lorsque celui-ci est agité ou inquiet.

– La lecture favorise la communication entre le parent et l’enfant.

– La lecture favorise l’attention, l’imagination et l’écoute.

– Une étude publiée dans Psychological Science Perspective a conclu que lire des livres à son enfant dans un style intéractif soulève son QI de 6 points.

– Votre enfant aura une bien meilleure capacité de raisonnement. Il apprendra le principe de cause à effet, la logique. Il apprendra les conséquences des actions, ainsi que la notion de bien et de mal.

2. La lecture peut prévenir la maladie d’Alzheimer et la démence

Diverses études ont montré que les personnes âgées qui se livrent à des passe-temps qui stimulent le cerveau, comme la lecture, sont deux fois moins succeptibles de souffrir de la maladie d’Alzheimer. Le cerveau est un organe. Au même titre que l’exercice renforce le coeur, la lecture renforce votre cerveau. (source : huffingtonpost)

3. La lecture réduit le stress

Certain(e)s se promènent ou écoutent de la musique pour se détendre. L’Université de Sussex, elle,  vous conseille d’envisager de lire à la place. Une étude a démontré que la lecture était le moyen le plus efficace pour vaincre le stress en un temps record. (source : huffingtonpost)

4. La lecture vous rend plus emphatique 

En lisant, vous serez plus emphatique envers autrui. Une étude a démontré que vous perdre dans une oeuvre de fiction vous transportera émotionnellement dans la position d’une autre personne. Les fictions permettront à votre intelligence émotionnelle de se décupler dans la vie réelle.. (source : huffingtonpost)

5. La lecture vous aide à mieux dormir

Lire un livre est l’un des moyens les plus efficaces pour calmer votre esprit et vous aider à dormir. Les lumières de l’électronique envoient des signaux à votre cerveau et lui font comprendre qu’il est temps de se réveiller. La lecture d’un livre sous une faible lumière produit l’effet inverse, et met votre cerveau en sommeil. (source : huffingtonpost)

6. La lecture vous rend plus attractif … Surtout aux yeux des femmes

Une étude a récemment confirmé que l’intelligence était l’un des aspects les plus importants en matière de séduction. C’est en fait l’une des qualités les plus attrayantes pour une femme. Tenir un livre peut vous faire paraître plus intelligent, mais il vous faudra vraiment le lire pour en tirer les nombreux avantages .. Messieurs, à vos bouquins ! (source : buzzfeed)

7. La lecture pour soulager la dépression

Durant les périodes sombres, les scientifiques ont prouvé que la lecture pouvait combattre la dépression à tous les stades. Après un an de lecture, les participants à cette étude se sont vu beaucoup moins déprimé que ceux qui avaient reçu des traitements traditionnels. (source : huffingtonpost)

 8. La culture et l’acceptationUne étude menée par le National Endowment for The Arts a révélé que la lecture permettait de s’ouvrir aux autres beaucoup plus facilement. Si vous lisez, vous serez plus succeptible d’accepter et de vous ouvrir à différentes cultures. (source : rd.com)

9. La lecture, un moyen thérapeutique

Selon Cristel Russell, chercheur à l’American University , lire un livre est un peu comme écouter une chanson ou regarder un film. Cela vous permettra de revivre des expériences passées et de gagner de nouvelles perspectives. Si vous traversez une rupture et que vous lisez un livre dans lequel les personnages vivent une situation similaire, cela vous aidera à relever la tête et à avancer.

10. Les lecteurs réguliers ont une meilleure mémoire et sont plus intelligents

Le cerveau est un organe qu’il faut entretenir. Lire un livre permet au cerveau de se développer. L’organe crée de nouvelles synapses qui aident à garder la mémoire vive, et ainsi de conserver un maximum d’informations.

11. La lecture peut faire de vous un bien meilleur écrivain

Si vous lisez un livre, vous êtes un voleur par inadvertance, mais ce n’est pas de votre faute. L’Université de Californie a découvert que lorsque vous vous plongez dans un livre, les compétences d’écriture de l’auteur s’imprégnent en vous. Tout comme écouter de la musique peut affecter le style d’un musicien, lire un livre peut affecter votre style d’écriture. Alors pourquoi ne pas vous lancer ? (source : Buzzfeed)

                                                                                                                                                                     Source : Buzzly.fr du 24 février 2014
lecture-hypnose-300x300