Gaëlle Nohant reçoit le 2e prix du roman France Bleu

Lors de sa journée de présentation de la rentrée littéraire, le 1er juin, le magazine Page des libraires a remis le prix pour lequel il s’est associé à France Bleu au roman La part des flammes de Gaëlle Nohant et annoncé un partenariat avec le prix du Style.

Le magazine Page des libraires organisait le 1er juin à la Bibliothèque nationale de France (Paris 13e) sa traditionnelle journée de présentation de rentrée littéraire à l’attention des libraires et des bibliothécaires. A cette occasion, il en a profité pour décerner, avec son partenaire radiophonique, le prix France Bleu – Page des libraires à Gaëlle Nohant pour La part des flammes (Héloïse d’Ormesson).

Conformément à sa vocation de mettre à l’honneur un auteur francophone et une « lecture plaisir de qualité », le prix a cette année récompensé un roman historique mettant en scène l’incendie du Bazar de la Charité survenu à Paris à la fin du XIXe siècle. Forte de son prix, Gaëlle Nohant effectuera une tournée en librairie durant l’été.

L’auteur :
gae_llenohant15dr
Née à Paris en 1973, Gaëlle Nohant vit aujourd’hui à Lyon. La Part des flammes est son deuxième roman après L’Ancre des rêves, 2007 chez Robert Laffont, récompensé par le prix Encre Marine. Elle est également l’auteur d’un document sur le rugby et d’un recueil de nouvelles.
Le livre :
eho_nohantc
Mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse rue Jean-Goujon à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers le comptoir n° 4, tenu par la charismatique duchesse d’Alençon. Au mépris du qu’en-dira-t-on, la princesse de Bavière a accordé le privilège de l’assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d’Estingel, qui vient de rompre brutalement ses fiançailles. Dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, la bonté de Sophie d’Alençon leur permettra-t-elle d’échapper au scandale ? Mues par un même désir de rédemption, ces trois rebelles verront leurs destins scellés lors de l’incendie du Bazar de la Charité.
Enlèvement, duel, dévotion, La Part des flammes nous plonge dans le Paris de la fin du XIXe au cœur d’une histoire follement romanesque qui allie avec subtilité émotion et gravité.
                                                                                      Source :  Livres Hebdo du 01/06/2015

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s