Prix Renaudot 2015 : les finalistes

Afficher l'image d'origine

Un premier roman, « La cache », de Christophe Boltanski et une seule femme, Delphine de Vigan, figurent parmi les finalistes du prix Renaudot, annoncés mardi soir. Au total, cinq romans et trois essais sont en lice pour ce prix littéraire qui sera décerné le 3 novembre chez Drouant à Paris, quelques minutes après la proclamation du Goncourt.

Parmi les romanciers, il y a Laurent Binet, déjà lauréat du prix Fnac pour son roman « La septième fonction du langage », et Philippe Jaenada pour « La petite femelle ». Le cinquième écrivain finaliste, Fabrice Guenier, a la particularité d’être l’auteur d’un roman, « Ann », qui n’est pas paru cet automne.

Parmi les auteurs éliminés, on remarque notamment Agnès Desarthe, une des trois finalistes du grand prix du roman de l’Académie française, qui sera attribué jeudi, pour « Ce coeur changeant ».

Du côté des essais, « Leila Mali » de Didier Blonde et « Aragon » de Philippe Forest, qui n’étaient entrés en course qu’à la deuxième sélection, se maintiennent dans la liste finale. Par contre, Judith Perrignon, qui était en lice avec « Victor Hugo vient de mourir », ne figure plus dans la liste dévoilée  mardi soir.

Voici la troisième et dernière sélection de romans par ordre alphabétique d’auteurs :

Laurent Binet : « La septième fonction du langage » (Grasset)
Christophe Boltanski : « La Cache » (Stock)
Delphine de Vigan : « D’après une histoire vraie » (JC Lattès)
Fabrice Guenier : « Ann » (Gallimard)
Philippe Jaenada : « La petite femelle » (Julliard)

Sélection Essais :

Didier Blonde : « Leila Mali » (Gallimard)
Philippe Forest : « Aragon » (Gallimard)
Sony Labou Tansi : « Encre, sueur, salive et sang » (Seuil)

Afficher l'image d'origine

Le jury du Renaudot, présidé cette année par Jean-Noël Pancrazi, se compose de Patrick Besson, Dominique Bona, Frédéric Beigbeder, Georges-Olivier Châteaureynaud, Jérôme Garcin, Louis Gardel, Franz-Olivier Giesbert, Christian Giudicelli et Jean-Marie Gustave Le Clézio.

L’an dernier, le Renaudot  avait récompensé David Foenkinos pour son roman « Charlotte », cri d’amour pour Charlotte Salomon, jeune artiste juive allemande assassinée à Auschwitz à 26 ans.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s