Prix Goncourt 2015 : le lauréat est Mathias Enard!

Avec son roman « Boussole » (Actes Sud), il succède à Lydie Salvayre, Goncourt 2014 avec « Pas pleurer ». Une élection obtenue dès le premier tour.

Afficher l'image d'origine

Entre Hédi Kaddour, déjà couronné la semaine dernière par le Grand Prix du roman de l’Académie française pour Les Prépondérants (éd. Gallimard), Tobie Nathan (Ce pays qui te ressemble chez Stock), Mathias Énard (Boussole aux éditions Actes Sud) et Nathalie Azoulai (Titus n’aimait pas Bérénice chez Pol), il était bien difficile de dégager un favori… C’est finalement Mathias Énard qui l’emporte dès le premier tour avec six voix contre deux à Tobie Nathan et une pour Hédi Kaddour, succédant à Lydie Salvayre (Pas pleurer, Seuil).

Les quatre finalistes du Goncourt, dévoilés le 27 octobre au musée du Bardo à Tunis, mettaient au coeur de leurs romans les relations compliquées entre l’Occident et l’Orient. Pour mériter le Goncourt, il faut « une histoire, une écriture, une ambition », avait résumé mardi matin Bernard Pivot, président de l’Académie Goncourt, sur France Inter. Le lauréat du Goncourt recevra un chèque de… 10 euros. Mais l’enjeu est ailleurs : un roman estampillé Prix Goncourt se vend en moyenne à environ 400 000 exemplaires.

Publicités

Prix Renaudot 2015 : la lauréate est Delphine de Vigan!

L'écrivaine Delphine de Vigan, ici le 19 octobre à Paris, reçoit le prix Renaudot pour son roman

Elle était la meilleure vendeuse de livres de la rentrée littéraire. La voici auréolée du précieux bandeau « Prix Renaudot ». D’après une histoire vraie, le récit de la dépendance d’une écrivaine tenue en laisse par une récente « meilleure amie », a séduit les jurés après avoir conquis les lecteurs…

Afficher l'image d'origine

Remarquée en 2009 avec Les Heures souterraines, Delphine de Vigan était la grande triomphatrice de l’année 2011 avec Rien ne s’oppose à la nuit,un huis clos entre une mère et sa fille qui avait bouleversé la France entière et décroché le prix du roman Fnac, celui des lectrices de Elle et le prix du Roman France Télévisions. Moins remarqué, le prix Renaudot des lycéens lui avait également été attribué… Les aînés se sont calqués sur le choix de leur jeune classe en lui attribuant la majorité des voix au quatrième tour de scrutin.

Devant Binet et Jaenada

La fidélité de Delphine de Vigan à la maison Jean-Claude Lattès et à son éditrice Karina Hocine, qui lui ont apporté le succès et le grand public, aura finalement payé. La romancière – qui est également scénariste et réalisatrice – l’emporte face à Laurent Binet, et son très remarqué La Septième fonction du langage publié chez Grasset, Philippe Jaenada et Agnès Desarthe.

Le Renaudot de l’essai a été attribué à Didier Blonde pour Leïlah Mahi 1932 (Gallimard) et celui du poche à la poétesse d’origine libanaise Vénus Khoury-Ghata.

Le jury du Renaudot, présidé cette année par Jean-Noël Pancrazi, se compose de Patrick Besson, Dominique Bona, Frédéric Beigbeder, Georges-Olivier Châteaureynaud, Jérôme Garcin, Louis Gardel, Franz-Olivier Giesbert, Christian Giudicelli et Jean-Marie Gustave Le Clézio qui votait par Skype depuis la Chine.

Citation du jour

« Le monde n’est si meurtrier que parce qu’il est aux mains de gens qui ont commencé par se tuer eux-mêmes, par étrangler en eux toute confiance instinctive, toute liberté donnée de soi à soi. Je suis toujours étonné de voir le peu de liberté que chacun s’autorise, cette manière de coller sa respiration à la vitre des conventions, et la buée que cela donne, l’empêchement de vivre, d’aimer. 
  » Christian Bobin dans La plus que vive.

Afficher l'image d'origine