Mon truc en plus, Noel Lang et Rodrigo Garcia

Afficher l'image d'origine

Mon truc en plus, Noel Lang et Rodrigo Garcia

Editions Steinkis

Sélection du Prix Handi-Livres 2015

Pablo dit Blo est un petit garçon comme les autres qui aimerait devenir un jour footballeur et astronaute, parce que footballeur c’est uniquement le dimanche. Ou chanteur pour écrire de jolies chansons à Bibi sa fiancée préférée. En attendant, il aime partager son temps avec ses amis et son amoureuse sans quitter des yeux son disque favori, un disque de Petula Clark, une sorte de doudou en vinyle qui traîne jusque sur la plage ou sur le terrain de jeux. Oui, Pablo est un petit garçon comme les autres… enfin presque. Car Pablo a un truc en plus du côté des chromosomes…

Dans sa préface, Cécile Dupas (présidente Trisomie 21) a raison de rappeler que cet ouvrage entre dans la lignée de Peanuts et de Mafalda : l’univers de l’enfance caricaturant le monde des adultes est l’un des sujets de  » Mon truc en plus » et les deux auteurs parviennent à faire rire autant qu’à sensibiliser le lecteur à la question du handicap. Il y a très souvent dans ce genre d’exercice, un risque de glisser dans la pitié et le pathos, que l’humour parvient à éviter. Pablo et ses compagnons sont drôles, agréablement ciniques dans les questions qui les préoccupent : le régime hypocalorique est présenté comme un régime totalitaire, les filles regrettent l’absence de Patrick Swayze et de John Travolta dans leurs écoles, etc. Alors certes Pablo a ce chromosome 21 qui le différencie de ses camarades, mais cela importe peu dans les relations qu’il entretient avec les autres enfants. Il n’est d’ailleurs pas davantage le héros du livre que ses camarades : tous participent avec la même intensité aux questionnements qui sont les leurs ( l’amour, le travail, la société, le sens de la vie, …). Les auteurs ont également pris soin de créer des personnages sensibles au regard des autres : Pierrot est en situation de surpoids, Benjamin souffre de trichotillomanie (arrachage compulsif de ses propres cheveux et poils), mais dans ce monde tel que les enfants le perçoivent, ces différences ne comptent plus et les hiérarchies sont gommées. Parce que comme le conclut l’ouvrage : « les gens disent que nous sommes des enfants spéciaux, et c’est vrai, nous le sommes. »

Un gros coup de coeur pour cet ouvrage d’une tendresse, d’une candeur et d’une justesse infinies.

Publicités