Journal d’un vampire en pyjama, Mathias Malzieu (Albin Michel)

9782226321824g

Journal d’un vampire en pyjama, Mathias Malzieu

Editions Albin Michel, janvier 2016

 

« Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’ai vécue ».

Véritable homme-volcan, Mathias Malzieu, écrivain, auteur-compositeur-interprète du groupe Dionysos, mène de front et avec brio carrière musicale et carrière littéraire. Rien ne semble pouvoir arrêter sa boulimie créative, pas même cette fatigue intense qu’il ressent depuis quelque temps. Priorité au tournage du clip de Jack et la mécanique du cœur. Il n’est pas l’heure de s’écouter. Mais la mécanique se grippe. Et menace même de s’arrêter. Le verdict tombe : aplasie médullaire. Une maladie auto-immune aussi rare que grave, dans laquelle ses propres anticorps se retournent contre lui. Un pronostic vital est engagé. Une greffe est envisagée. Dans l’immédiat, en ce début du mois de novembre 2013, ce seront des transfusions sanguines en milieu stérile.

Dès la nouvelle de la maladie, Mathias Malzieu consigne par écrit ce quotidien chahuté qui est le sien, celui d’un homme qui a besoin du sang des autres pour survivre. Celui d’un vampire en pyjama. « Ce livre est le vaisseau spécial que j’ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. »

Car même très affaibli, isolé en chambre stérile, Mathias Malzieu veillera à ce que sa source créative ne tarisse jamais. Dans l’enfer qu’il traverse, c’est elle et l’amour des siens qui le maintiennent en vie. A partir de la glaise-réalité, aussi dure soit-elle, il sculpte au couteau de sa poétique plume un livre magnifique, modèle un nouvel album pour son groupe. Comme autant d’hymnes à la vie. Comme autant de pieds de nez à la maladie. Dame Oclès peut bien régulièrement lui rendre visite et lui rappeler qu’il est dans l’antichambre de la mort, la création le garde férocement ancré à la vie.

Ce livre est un véritable morceau de bravoure. Sans jamais nous faire perdre de vue la gravité de la situation, l’auteur évite avec succès l’écueil du pathos et du voyeurisme. Avec une sensibilité aussi vibrante que belle, il nous fait part de la montagne russe sur laquelle il évolue entre craintes abyssales et espoirs fabuleux, partage avec nous le supplice de l’attente d’une greffe, les joies qui se nichent dans les plus infimes sourires ou regards, le pouvoir magistral de l’amour, les peurs qu’il faut museler -les siennes et celles des proches. Et enfin, au bout de ce tunnel, il chante cette renaissance, plus belle et plus intense que jamais, où le normal devient extraordinaire. Car bien davantage qu’un livre sur la maladie, l’auteur nous interprète par la voix de son encre une ode à la vie.

On referme le livre avec le désir farouche d’aimer deux fois plus fort, de savourer la vie plus intensément encore…et de remercier l’auteur.

Publicités