Citation du jour

« Devenir léger, c’est accepter humblement le sort après avoir tout tenté pour éradiquer son ombre, affirmer une résistance là où priment la révolte et la colère, c’est refuser que la rage ou la haine viennent aliéner la liberté. Etre léger, c’est donc recourir de force à la joie contre ce qui aigrit, contre ce qui isole, épauler celui qui souffre pour qu’il ne se claquemure pas dans son mal-être. » Alexandre Jollien

La métier d’homme.

Afficher l'image d'origine

La course de luge, Astrid Desbordes et Marc Boutavant (Nathan)

Afficher l'image d'origine

La course de luge, Astrid Desbordes et Marc Boutavant 

Editions Nathan, janvier 2016

Dès 4 ans

32 pages – 6,95€

Hiver oblige, c’est une clairière d’une blancheur immaculée qui accueille Edmond l’écureuil et ses amis au réveil. Un temps idéal pour faire de la luge! Georges Hibou, La Chose, l’ours Edouard, Edmond et la souris Polka, partent donc à l’assaut des sommets. La course peut à présent commencer, course que de par sa taille imposante, l’ours Edouard est convaincu remporter.  » A la course, nul ne bat un ours! » Du moins le pense t-il. Sera t-il le premier à franchir la ligne d’arrivée?

Les petits retrouveront avec bonheur cette nouvelle aventure d’Edmond et ses amis. Une histoire d’amitié qui leur montre avec finesse et sensibilité, qu’il faut se méfier des préjugés, des apparences. Chacun dans la vie peut saisir sa chance, réussir là où on ne l’attend pas. A contrario, un excès de confiance peut nuire à la réussite. Une histoire qui fait réfléchir et grandir!

Magnifique concert de gospel et de negro-spiritual avec The legend singers

Avis aux parisiens et aux non-parisiens de passage à Paris. Dans le quartier latin, à deux pas du square René-Viviani, la magnifique église médiévale de Saint-Julien du pauvre accueille chaque samedi soir un spectacle exceptionnel de gospel et de negro-spiritual.

Les sept chanteurs du groupe Legend Singers, leur chef de choeur Jackson M’Pongo  et leurs musiciens (pianiste et bassiste) passent en revue les plus belles oeuvres du répertoire : Oh Happy Day, Total Praise, Amen, When the Saints, Alleluia… Ces chants, empreints d’espoir et de ferveur religieuse, expriment tout le drame des populations africaines déracinées et vendues pour travailler dans les plantations du sud des Etats-Unis. Une ferveur que le talentueux et chaleureux groupe communique à la salle. Très vite, le public tape des mains, chante, se balance, communie avec les chanteurs. Des chants d’une incroyable richesse et indiciblement émouvants.

On ressort de ce concert enrichi par ce que l’on a reçu. Plus qu’une musique, le gospel est toute une culture, au delà des modes, qui permet aux hommes d’exprimer leur foi et leur espoir en un monde plus fraternel.

A voir!

Informations pratiques : 

Paroisse Saint-Julien-le-Pauvre
79 rue Galande 75005 Paris
Métro : Cluny-La Sorbonne (L 10), Saint-Michel (L 4)
RER B & C : Saint-Michel – Notre-Dame

Durée du concert : 1h40

Réservations : http://www.billetreduc.com/111742/evt.htm

Et un petit aperçu pour achever de vous convaincre : https://www.youtube.com/watch?v=IJRPEkqYB2s

Le livre d’Aron, Jim Shepard (éditions de l’Olivier)

Afficher l'image d'origine

Le livre d’Aron, Jim Shepard

Editions de l’Olivier, février 2016

Traduit de l’anglais par Madeleine Nasalik.

Rentrée littéraire 2016

 

« C’est une histoire très douloureuse qu’aborde Jim Shepard. Mais il l’évoque avec une finesse et une voix telles, que Le livre d’Aron se range dans la lignée des chefs-d’œuvre essentiels sur l’Holocauste.» John Irwing

Aron est un jeune garçon intrépide de 8 ans. Aussi, quand ses parents emménagent dans un nouveau quartier réservé aux juifs, il envisage cela comme une chouette aventure. Un nouvel espace de jeux à explorer. De nouveaux amis à se faire.

Mais la réalité se révèle peu à peu tout autre. Le ghetto est bouclé en novembre 1940, concentrant en son sein 40 % de la population de Varsovie, dans des conditions insalubres et inhumaines. Entassées dans des logements sans aucun confort, très mal voire non approvisionnées en nourriture et en charbon, la famille d’Aron et les autres familles, doivent combattre le froid et la faim. La maladie aussi, terrible, car les épidémies de typhus et de tuberculose font rage.

Dès lors, le débrouillard et courageux Aron va se lier d’amitié avec d’autres enfants du ghetto et tenter de faire de petits trafics. Survivre de petits larcins. Mentir et voler, seules alternatives pour ne pas mourir. Quelques légumes et un peu de charbon chapardés ici et là, seront autant de trésors qu’il ramène à sa famille. Au péril de sa vie.

Tandis que les rafles se succèdent et n’épargnent pas les siens, Aron est pris sous l’aile protectrice de Janusz Korczak, lequel dirige un orphelinat au cœur du ghetto. Un homme entièrement dévoué à la cause des enfants qu’il protège. Un homme qui va lui ouvrir ses portes, mais aussi son cœur…

Un livre bouleversant, dans lequel l’auteur s’attache à la fidélité des faits historiques. Un roman qui souligne avec une infinie justesse combien les hommes peuvent être capables du meilleur, comme du pire.

 

Informations pratiques :

Nombre de pages : 238

Prix éditeur : 21€

ISBN : 978 2 8236 0539 6

 

Magnifique exposition photographique de Matthieu Paley sur les Hazda de Tanzanie

Derniers des premiers hommes…

 

Derniers jours pour cette passionnante exposition dans les allées du jardin des plantes à Paris. Une soixantaine de clichés décrit le quotidien des Hadza, en Tanzanie, sous l’objectif du photographe Matthieu Paley, lauréat de la bourse professionnelle du Prix photo du Muséum.

Ces nomades ont probablement le plus ancien régime alimentaire du monde, celui des chasseurs-cueilleurs, un mode de vie aujourd’hui menacé. Ils ne consomment que les aliments qu’ils trouvent dans leur environnement : gibier, miel, plantes dont des tubercules, des baies et des fruits de baobab. Ils ne cultivent pas, ne stockent aucune nourriture et vivent libres, loin de toutes les règles de nos sociétés modernes. Leur mode de vie n’a pas changé depuis 10 000 ans. L’exposition immerge le visiteur dans une culture aux antipodes de ce qu’il peut connaître aujourd’hui et montre des paysages et des hommes empreints de sérénité et de beauté.

Je vous invite vivement à faire un détour par le jardin des plantes. Et, pour les non-parisiens, ou pour ceux qui souhaitent prolonger l’émerveillement de l’exposition, Mathieu Paley offre un magnifique éventail de son travail sur son site de photographies : www.paleyphoto.com

 

Journal d’un vampire en pyjama, Mathias Malzieu (Albin Michel)

9782226321824g

Journal d’un vampire en pyjama, Mathias Malzieu

Editions Albin Michel, janvier 2016

 

« Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’ai vécue ».

Véritable homme-volcan, Mathias Malzieu, écrivain, auteur-compositeur-interprète du groupe Dionysos, mène de front et avec brio carrière musicale et carrière littéraire. Rien ne semble pouvoir arrêter sa boulimie créative, pas même cette fatigue intense qu’il ressent depuis quelque temps. Priorité au tournage du clip de Jack et la mécanique du cœur. Il n’est pas l’heure de s’écouter. Mais la mécanique se grippe. Et menace même de s’arrêter. Le verdict tombe : aplasie médullaire. Une maladie auto-immune aussi rare que grave, dans laquelle ses propres anticorps se retournent contre lui. Un pronostic vital est engagé. Une greffe est envisagée. Dans l’immédiat, en ce début du mois de novembre 2013, ce seront des transfusions sanguines en milieu stérile.

Dès la nouvelle de la maladie, Mathias Malzieu consigne par écrit ce quotidien chahuté qui est le sien, celui d’un homme qui a besoin du sang des autres pour survivre. Celui d’un vampire en pyjama. « Ce livre est le vaisseau spécial que j’ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. »

Car même très affaibli, isolé en chambre stérile, Mathias Malzieu veillera à ce que sa source créative ne tarisse jamais. Dans l’enfer qu’il traverse, c’est elle et l’amour des siens qui le maintiennent en vie. A partir de la glaise-réalité, aussi dure soit-elle, il sculpte au couteau de sa poétique plume un livre magnifique, modèle un nouvel album pour son groupe. Comme autant d’hymnes à la vie. Comme autant de pieds de nez à la maladie. Dame Oclès peut bien régulièrement lui rendre visite et lui rappeler qu’il est dans l’antichambre de la mort, la création le garde férocement ancré à la vie.

Ce livre est un véritable morceau de bravoure. Sans jamais nous faire perdre de vue la gravité de la situation, l’auteur évite avec succès l’écueil du pathos et du voyeurisme. Avec une sensibilité aussi vibrante que belle, il nous fait part de la montagne russe sur laquelle il évolue entre craintes abyssales et espoirs fabuleux, partage avec nous le supplice de l’attente d’une greffe, les joies qui se nichent dans les plus infimes sourires ou regards, le pouvoir magistral de l’amour, les peurs qu’il faut museler -les siennes et celles des proches. Et enfin, au bout de ce tunnel, il chante cette renaissance, plus belle et plus intense que jamais, où le normal devient extraordinaire. Car bien davantage qu’un livre sur la maladie, l’auteur nous interprète par la voix de son encre une ode à la vie.

On referme le livre avec le désir farouche d’aimer deux fois plus fort, de savourer la vie plus intensément encore…et de remercier l’auteur.

Les Libraires Ensemble créent l’événement « Un livre qui fait du bien » du 12 au 27 février 2016.

index.jpg

 

Les Libraires Ensemble créent l’événement « Un livre qui fait du bien » du 12 au 27 février 2016.

Le groupement « Les Libraires Ensemble » organise en partenariat avec une vingtaine d’éditeurs nationaux la première édition de Un livre qui fait du bien qui se déroulera du 12 au 27 février 2016 dans toutes les librairies membres du réseau.

Représentée par Jean Michel Blanc, président de « Les Libraires Ensemble » et sous le parrainage d’Eric-Emmanuel Schmitt, cette 1ère Edition cherchera à valoriser le groupement tant auprès des éditeurs que des lecteurs.

Afficher l'image d'origine

Avec la création de « Un livre qui fait du bien », les libraires attestent de leur dynamisme pour défendre leurs activités, faire émerger leur groupement, montrer leur volonté de placer le livre au cœur de la ville et attester qu’un livre fait du bien !

En effet, pour cet événement, Les Libraires Ensemble se mobilisent au profit de l’association Les Blouses Roses, qui anime le quotidien des malades en milieu hospitalier. http://www.lesblousesroses.asso.fr/ . Une association qui fait écho au livre Oscar et la dame rose d’Eric-Emmanuel Schmitt.

A chaque « livre qui fait du bien » acheté, 1€ sera versé par les libraires au profit de l’association « Les Blouses Roses » dont les membres seront présents dans toutes les librairies participantes.

Lors du Salon du Livre Paris 2016, « Les Libraires Ensemble » remettront un chèque global à l’association « Les Blouses Roses ».

 

A propos de l’association « Les Blouses roses » :

L’association “Les Blouses Roses” a pour objectif de combattre l’ennui, la solitude des malades quel que soit leur âge. Elle propose des activités ludiques, créatives et artistiques partout en France. “Les Blouses Roses” agissent en partenariat étroit avec les équipes de plus de 560 établissements pour améliorer la qualité de la vie de leurs résidents (hôpitaux ou maisons de retraite). L’association a fêté ses 70 ans en 2014. Elle compte plus de 4 700 bénévoles et est parrainée par l’humoriste Yves Lecoq et la journaliste Yolaine de la Bigne,