Sélection du Goncourt 2016 du premier roman

L’Académie Goncourt a dévoilé, mardi 5 avril, une liste de quatre titres en lice pour le Goncourt du premier roman, qui sera décerné le 9 mai 2016.
L’Académie Goncourt s’est réunie mardi 5 avril pour établir la sélection d’ouvrages en lice pour le prix Goncourt du premier roman. Peu de surprises dans cette liste de quatre titres issus de la rentrée littéraire 2016, puisque plusieurs livres ont déjà été remarqués, sélectionnés pour des prix littéraires ou même primés en ce début d’année.

On y trouve notamment le premier roman d’Olivier Bourdeaut, En attendant Bojangles, lauréat du Grand prix RTL/Lire, du Prix du roman France télévisions et du Prix des étudiants France Culture-Télérama, mais aussi Le grand marin de Catherine Poulain, lauréat du prix Mac Orlan et sélectionné pour le Prix Vialatte et le Prix du livre Inter. Quant à Wanderer, de Sarah Léon, il est finaliste du Prix de la Closerie des Lilas.

Le nom du lauréat du Prix Goncourt du premier roman sera dévoilé lundi 9 mai.

La sélection :
• Olivier Bourdeaut, En attendant Bojangles (Finitude)
• Catherine Poulain, Le grand marin (L’Olivier)
• Sarah Léon, Wanderer (Heloise d’Ormesson)
• Loulou Robert, Bianca (Julliard)
En 2015, c’est Kamel Daoud qui avait été sacré avec Meursault, contre-enquête (Actes Sud).

Publicités

Citation du jour

« L’actualité n’est qu’une suite d’épisodes rattachés par rien, sans autre ligne directrice que le malheur des uns pour distraire les autres, et le bonheur des autres pour dédommager le malheur des uns. Au sein de ce mirage fait de pures fictions comme de réalités, beaucoup de personnalités se distinguent, toutes plus ou moins durables, certainement protégées du temps, immunisées contre toute obsolescence, alors que d’autres ne font que passer, éphémères jusque dans le succès.
Aujourd’hui les idoles se suivent et les génies s’enchaînent, aujourd’hui les nouveaux Rimbaud durent une semaine et les chefs d’œuvre le temps du papier, la semaine suivante un nouveau prodige prend le relais, les gloires se tissent pour ornementer le vide. »

 

Serge Joncour – L’idole

bm_17709_996018