Citation du jour

« Allez lui faire comprendre que c’est aux autres qu’il faut dire non, et pas à soi même, à ses désirs, à ses envies, à ses besoins sans quoi on n’en finit pas de se trahir. »

 

Serge Joncour – L’homme qui ne savait pas dire non.

41YptEmIhHL._SX195_

Citation du jour

« Dites vous que le procédé de la littérature est tout ce qu’il y a de complexe, entre ce que la télé dit d’un livre, ce que le lecteur en comprend, et ce que l’auteur a voulu dire, il y a des déperditions terribles, ça confine au malentendu ».

 

Serge Joncour – L’idole

bm_17709_996018

Coup de coeur pour « Tomber », le nouveau roman de Eric Genetet!

12973193_10208980805778814_4779599058460736120_o

Tomber, Eric Genetet

Editions Héloïse d’Ormesson, avril 2016

 

Tomber est le récit poignant d’un enfant blessé, en échec scolaire, dont le rêve, simple et pourtant inaccessible, est d’être aimé par ses parents.
Juin 1983. Des milliers de personnes suivent la finale de Rolland Garros, à laquelle participe Yannick Noah. Et parmi elles, une personne joue le match de sa vie. Il s’agit de Mariano, un adolescent de 13 ans, passionné de sport, dont l’idole est le tennisman français.

 

Depuis la séparation de ses parents un an plus tôt, Mariano vit avec son père. Un père défaillant, qui ne se remet pas du départ de sa femme et trouve refuge dans l’alcool. Rien ne vient plus troubler le silence des lieux, hormis le pschittt des canettes de bière. Pas un mot tendre, pas une explication à ce départ, pas une réassurance. Mariano aurait tant aimé qu’on lui parle, qu’on le soutienne, qu’on le rassure sur le fait qu’il n’y soit pour rien ! Or les maux se sont substitués aux mots. Et la culpabilité, écrasante, térébrante, de s’installer. Sa dyslexie, découverte juste avant le départ de sa mère, pourrait-elle être la cause de leur séparation ?

 

Le poids de la culpabilité et de la souffrance est tel, que Mariano a pris une décision irrévocable : en ce 15 juin, à l’issue du match de Noah, il va lui aussi affronter son père dans un face à face. Et engager une partie de questions et d’échanges auxquels son père devra répondre, en mettant la balle sur le terrain de la vérité et non dans le couloir. Le lecteur suit son entrainement mental tout au long du livre, aussi tendu que les cordes d’une raquette, indiciblement ému par l’enjeu du match. Les yeux rivés sur le « court » de sa vie. Il tremble à l’idée que l’adolescent puisse perdre le point, être victime d’un revers. Il applaudit son courage et sa persévérance.

Car cette histoire se vit autant qu’elle se lit.

Avec une infinie douceur, une sensibilité à fleur de plume, Eric Genetet nous offre un roman magnifique, bouleversant, qui évite avec brio l’écueil du pathos. Et de cueillir le lecteur par une chute qui mérite ô combien son nom. Un ace.

Jeu, set et match pour le nouveau roman de Eric Genetet !

 

 

 

Citation du jour

« Allez parler à cet enfant en vous, il est là, à vous attendre, il n’attend que vous cet enfant plus ou moins souverain que l’on a tous été, et qui reste là en soi, générateur de nos détresses et de nos mélancolies, de nos blocages aussi, il est cette part de nous qui cherche toujours à être pris dans les bras, il est la persistance de nous qui s’inquiète, oui, il est là ce mirage de l’enfant qu’on a été, dans le fond c’est bien lui qui est la cause de tout, c’est lui la source du symptôme, c’est lui qui a initié nos premières sensations, nos premiers rapports avec le monde, c’est de lui que nous viennent nos algorithmes de stratégies mentales qui aujourd’hui encore nous font répondre aux situations que nous traversons. Tendez-lui la main. Allez, engagez le dialogue, écrivez-lui, prenez une feuille et approchez-le, ou écrivez à haute voix, qu’importe ».

 

Serge Joncour- L’homme qui ne savait pas dire non.

41YptEmIhHL._SX195_

Mettez Agnès Ledig dans votre poche!

51UsYYj+bRL._SX303_BO1,204,203,200_

Pars avec lui, Agnès Ledig

Éditions Pocket, avril 2016

 

On retrouve dans Pars avec lui, l’univers tendre et attachant d’Agnès Ledig, avec ses personnages un peu fragiles, qui souvent nous ressemblent.

 

Juliette est infirmière au service de réanimation de l’hôpital. Une femme passionnée par son métier, dévouée, humaine. Cependant sa vie privée est loin d’être aussi épanouissante que sa vie professionnelle. La difficulté à avoir un enfant, l’attitude méprisante et rabaissante de son compagnon, rendent l’ambiance à la maison relativement tendue. Mais tel un punching-ball, Juliette encaisse en silence.

Un jour, un pompier de 25 ans, Roméo, est amené dans son service après une grave chute du 8ème étage lors d’une intervention. Si la sagesse veut qu’il ne lui faille pas trop s’attacher aux patients, elle fera cette fois exception pour cet homme. Comment rester en effet insensible au désarroi qui est sien, tandis qu’il ne sait s’il recouvrera l’usage de ses membres? Comment ne pas être touchée par les soins avec lesquels il entoure sa petite sœur Vanessa, promise sinon à un foyer d’accueil? Comment ne pas désirer tendre la main à un homme qui passe sa vie à secourir celle des autres? Et qui sait si un jour, ce ne sera pas lui qui à son tour volera à son secours?…

Dans ce nouveau roman, Agnès Ledig tisse avec subtilité et émotion la toile de destins croisés, ceux d’êtres fragilisés par la vie, qui jamais ne s’appesantissent sur leur sort. Leurs forces? L’entraide, l’écoute, mais aussi et surtout, le respect. Respect de soi et des autres. «  L’amour sans respect n’est pas l’amour. En prendre conscience et le fuir ne constitue ni un échec ni même une défaite, mais une grande, une très grande victoire. »

L’auteur fait montre cette fois encore d’une sensibilité à fleur de plume, d’une capacité extraordinaire à créer une vraie intimité entre le lecteur et les personnages, personnages auxquels non seulement on s’attache mais on s’identifie. Lire Agnès Ledig, c’est plonger au cœur de l’humain, c’est reprendre foi en lui et en sa capacité à rebondir en toutes circonstances, c’est se faire éponge et absorber mille et une émotions toutes plus fortes les unes que les autres. Lire Agnès Ledig, c’est vibrer, vivre, aimer, grandir, avancer.

Un roman magnifique, véritable bijou d’émotion pure servi dans un écrin de talent. Un gros coup de coeur!

Extraits : 

« J’ai une certitude : on apprend la vie toute sa vie. Je crois que même en mourant on apprend encore la vie. »

 » Nous sommes la somme de nos choix mais aussi de nos non-choix. Il faut assumer, et les regrets ne changent pas le passé. »

Le prix de la Closerie des Lilas décerné à Julia Kerninon!

15406

Le Prix de la Closerie des Lilas a été attribué ce mardi 12 avril, à Julia Kerninon pour « Le dernier amour d’Attila Kiss », un court et dense roman sur la naissance d’une passion entre deux êtres que tout sépare.

Paru en janvier aux éditions du Rouergue, ce deuxième roman de Julia Kerninon, 29 ans, est l’histoire d’un coup de foudre entre une jeune héritière viennoise de 25 ans, Theodora, « optimiste, surprenante, captivante » et Attila Kiss, un prolo hongrois quinquagénaire un peu dépressif ayant « échoué dans les choses les plus essentielles ».

Née en 1987 dans la région nantaise, Julia Kerninon est thésarde en littérature américaine. Son premier roman,Buvard, a reçu de nombreux prix, dont le prix Françoise Sagan. Elle a été lauréate de la bourse Lagardère du jeune écrivain en 2015.

La lauréate sera l’invitée de la Closerie des Lilas, célèbre brasserie du boulevard du Montparnasse à Paris, pendant une année, pour un montant de 3.000 euros.

Créé en 2007, le Prix de la Closerie des Lilas a pour originalité de couronner une romancière de langue française dont l’ouvrage paraît à la rentrée de janvier.

L’an dernier, le prix avait été décerné à Saïdeh Pakravan pour « Azadi » (Belfond).

9782812609909

«Par la suite, il se demanderait souvent s’il devait voir quelque chose d’extraordinaire dans leur rencontre – cette fille venant à lui sur la terrasse d’un café qui n’était même pas son préféré, qu’il ne fréquentait que rarement. Si elle était passée par là la veille, ou simplement une heure plus tôt ou plus tard, elle l’aurait manqué – il ne l’aurait jamais connue, il serait resté seul avec ses poussins et sa peinture et sa tristesse et sa dureté. Mais elle était venue, et il avait poussé doucement la lourde chaise de métal pour qu’elle puisse s’installer, et c’était comme ça que tout avait commencé.»

À Budapest, Attila Kiss, 51 ans, travailleur de nuit hongrois, rencontre Theodora Babbenberg, 25 ans, riche héritière viennoise. En racontant la naissance d’un couple, Julia Kerninon déploie les mouvements de l’amour dans ses balbutiements. Car l’amour est aussi un art de la guerre, nous démontre-t-elle avec virtuosité dans son deuxième roman.

5 romans encore en lice pour le prix de la Closerie des Lilas décerné ce soir

Afficher l'image d'origine

La liste passe de dix à cinq titres écrits par des femmes et parus à la rentrée de janvier 2016.

Le jury du prix de la Closerie des Lilas 2016 a dévoilé, mardi 22 mars, sa deuxième sélection en vue d’une remise ce 12 avril. De 10 romans de la rentrée d’hiver initialement sélectionnés, la liste passe à cinq titres, écrits exclusivement par des femmes.

La deuxième sélection :

  • Cécile Ladjali, Illettré (Actes Sud)
  • Julia Kerninon, Le dernier amour d’Attila Kiss (Editions du Rouergue)
  • Camille de Peretti, Blonde à forte poitrine (Kero)
  • Sarah Léon, Wanderer (Héloïse d’Ormesson)
  • Céline Curiol, Les vieux ne pleurent jamais (Actes Sud).

Créé en 2007, le prix de la Closerie des Lilas vise à promouvoir la littérature féminine et récompense chaque année une romancière de langue française.

Au jury permanent, avec Emmanuelle de Boysson, Adélaïde de Clermont-Tonnerre, Carole Chrétiennot, Stéphanie Janicot, Jessica Nelson et Tatiana de Rosnay, s’ajoute cette année le jury invité composé de 12 personnalités féminines : Natacha Polony, Anne-Claire Coudray, Lydia Bacrie, Emmanuelle Bercot, Rachida Brakni, Clara Gaymard, Brigitte Kernel, Anne Lauvergeon, Salomé Lelouch, Caroline de Maigret, Anne Nivat et Josyane Savigneau.

En 2015, le prix de la Closerie des Lilas a été attribué à Saïdeh Pakravan pour Azadi (Belfond).