Sur la route de ses rêves, Marie-Laure Bigand :coup de coeur!

image

Sur la route de ses rêves, Marie-Laure Bigand

Éditions Il était un bouquin, 2016

Un roman choral d’une sensibilité à fleur de plume, viscéralement humain.

Cyril ne s’est jamais remis du décès de son premier amour, Laureen, une jeune femme rencontrée au lycée. Une blessure demeurée à vif dont il se s’est ouvert à personne et dont le souffle du souvenir ravive régulièrement la brûlure. Faute de mots à même d’apaiser ses maux, il est incapable de vivre une nouvelle relation. Et de fuir dès qu’une femme s’attache un peu trop à lui. Aimer est synonyme de souffrance, de peur, de risque.

Gabrielle est une jeune femme qui s’est construite sans la colonne vertébrale qu’est l’amour maternel. Entre une mère défaillante et absente, un père qui a refait sa vie, une place difficile à trouver au sein de la famille recomposée, elle a dû essentiellement compter sur elle-même pour se protéger et trouver une forme d’équilibre.

Jeanne est quant à elle une vieille femme d’une tendresse infinie dont la vie fut riche. Riche de l’amour qui l’unissait à Henri, son mari. Riche du bonheur que lui procurait son métier passionnant de chapelière. Un métier dévorant, chronophage, qui l’a conduite à être une mère insuffisamment présente auprès de sa fille adoptive. Ce que cette dernière n’aura de cesse de lui reprocher.Au crépuscule de sa vie, elle a encore de nombreux rêves, dont un lui tient particulièrement à cœur. Mais elle sait son temps compté…

Trois personnages attachants, trois êtres blessés, que rien ne prédestinait à se rencontrer, si ce n’est la découverte d’une mystérieuse valise, sous le plancher d’un immeuble en voie de démolition. Que contient ce bagage ? Qui l’a laissé dans cette cache ? Quel secret de famille renferme t-il ?

Marie-Laure Bigand nous offre un roman bouleversant, viscéralement humain, et crée dès les premières pages une telle intimité entre les personnages et le lecteur, qu’on vit cette histoire bien davantage qu’on ne la lit. Le lecteur s’engouffre dans le sillage de sa plume, vibre, tremble, sourit, espère, incapable de poser le roman tant qu’il n’est pas rassuré sur leur sort.

Un roman positif, qui redonne foi en l’être humain.

Un roman qui montre qu’il ne faut jamais renoncer à prendre la route de ses rêves.

Coup de cœur !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s