Prix Festival America 2016

america

Tous les deux ans, dans le cadre du Festival AMERICA, le prix des lecteurs de la ville de Vincennes est remis à un jeune écrivain américain. Cette année, deux prix sont organisés par le réseau des médiathèques de Vincennes : l’un remis par des lecteurs adultes et l’autre par des lecteurs lycéens. Chaque jury est composé de dix membres tirés au sort parmi les inscrits à la médiathèque. Remise du prix le samedi 10 septembre à 12h30.

Prix des lecteurs de Vincennes :

La sélection établie par les bibliothécaires et la librairie Millepages met en concurrence cinq premiers romans d’auteurs invités au Festival :

Tom Cooper, Les maraudeurs (Albin Michel)

Christopher Bollen, Manhattan People (Calmann-Levy)

Anna North, Vie et mort de Sophie Stark (Autrement)

Eddie Joyce, Les Petites consolations (Rivages)

Molly Prentiss, New York, esquisses nocturnes (Calmann-Levy)

 

Prix Page-America :

C’est devenu l’un des grands prix littéraires remis à Vincennes : le festival AMERICA et le magazine Page récompensent le premier roman d’un auteur d’Amérique du Nord. Un jury composé de 130 libraires et bibliothécaires est appelé à voter sur internet pour élire le lauréat parmi une sélection de cinq ouvrages d’auteurs présents pendant le Festival.

Les ouvrages en lice :

Un travail comme un autre, Virginia Reeves (Stock)

Yaak Valley, Montana, Smith Henderson (Belfond)

New York, esquisses nocturnes, Molly Prentiss (Calmann-Lévy)

Parmi les loups et les bandits, Atticus Lish (Buchet-Chastel)

Une singularité nue Sergio De La Pava (Le Cherche midi)

 

Et cette année, c’est Virginia Reeves qui est la lauréate du Prix. Son premier roman Un travail comme un autre, traduit par carine Chichereau et publié chez Stock, a été choisi par un jury de bibliothécaires et de libraires.

Le livre : 

un-travail-comme-un

« On naît avec quelque chose dans les veines, pour mon père, c’était le charbon, pour Marie, c’est la ferme, pour moi un puissant courant électrique. »

Roscoe T Martin est fasciné par cette force plus vaste que tout, plus grande que lui, qui se propage avec le nouveau siècle : l’électricité. Il s’y consacre, en fait son métier. Un travail auquel il doit pourtant renoncer lorsque Marie, sa femme, hérite de l’exploitation familiale. Année après année, la terre les trahit. Pour éviter la faillite, Roscoe a soudain l’idée de détourner une ligne électrique de l’Alabama Power. L’escroquerie fonctionne à merveille, jusqu’au jour où son branchement sauvage coûte la vie à un employé de la compagnie..

Un premier roman exceptionnel, porté par une langue sincère, directe et suave.

 

Publicités

Prix de Flore 2016 : 1ère sélection

header-prix-flore

Le jury du Prix de Flore a établi sa première sélection mercredi 7 septembre 2016 au Café de Flore à Paris.
Cette première liste comporte 10 titres. La deuxième liste sera annoncée lundi 3 octobre 2016. Le prix sera remis mardi 8 novembre 2016.

Dix ouvrages sont en lice, parmi lesquels deux premiers romans : celui d’Elitza Gueorguieva chez Verticales, et celui d’Arnaud Sagnard chez Stock, seule maison à placer deux titres dans cette sélection.

Les 10 titres sélectionnés :

Samuel Benchetrit, La nuit avec ma femme (Éditions Plon / Editions Julliard)
Boris Bergmann, Déserteur (Éditions Calmann-Lévy)
Adélaïde de Clermont-Tonnerre, Le dernier des nôtres (Éditions Grasset)
Cédric Gras, Anthracite (Éditions Stock)
Elitza Gueorguieva, Les cosmonautes ne font que passer (Éditions Verticales)
Arnaud Sagnard, Bronson (Éditions Stock)
Joann Sfar, Comment tu parles de ton père (Éditions Albin Michel)
Leila Slimani, Chanson douce (Éditions  Gallimard)
Philippe Vasset, La légende (Éditions Fayard)
Nina Yargekov, Double nationalité (Éditions POL)

Le jury, présidé par Frédéric Beigebeder, est composé de Jacques Braunstein, Manuel Carcassonne, Carole Chrétiennot, Michèle Fitoussi, Jean-René Van Der Plaetsen, François Reynaert, Jean-Pierre Saccani, Bertrand de Saint-Vincent, Christophe Tison, Philippe Vandel et Arnaud Viviant.

Citation du jour

Seuls les enfants solitaires peuvent garder pour eux toute leur passion : les autres dispersent leur sentiment dans des bavardages et l’émoussent dans des confidences ; ils ont beaucoup entendu parler de l’amour, ils l’ont retrouvé dans les livres, et ils savent que c’est une loi commune. Ils jouent avec lui comme avec un hochet ; ils en tirent vanité, comme un garçon de sa première cigarette.

Stefan Zweig – Lettre d’une inconnue

 

9782234063112