Prix Festival America 2016

america

Tous les deux ans, dans le cadre du Festival AMERICA, le prix des lecteurs de la ville de Vincennes est remis à un jeune écrivain américain. Cette année, deux prix sont organisés par le réseau des médiathèques de Vincennes : l’un remis par des lecteurs adultes et l’autre par des lecteurs lycéens. Chaque jury est composé de dix membres tirés au sort parmi les inscrits à la médiathèque. Remise du prix le samedi 10 septembre à 12h30.

Prix des lecteurs de Vincennes :

La sélection établie par les bibliothécaires et la librairie Millepages met en concurrence cinq premiers romans d’auteurs invités au Festival :

Tom Cooper, Les maraudeurs (Albin Michel)

Christopher Bollen, Manhattan People (Calmann-Levy)

Anna North, Vie et mort de Sophie Stark (Autrement)

Eddie Joyce, Les Petites consolations (Rivages)

Molly Prentiss, New York, esquisses nocturnes (Calmann-Levy)

 

Prix Page-America :

C’est devenu l’un des grands prix littéraires remis à Vincennes : le festival AMERICA et le magazine Page récompensent le premier roman d’un auteur d’Amérique du Nord. Un jury composé de 130 libraires et bibliothécaires est appelé à voter sur internet pour élire le lauréat parmi une sélection de cinq ouvrages d’auteurs présents pendant le Festival.

Les ouvrages en lice :

Un travail comme un autre, Virginia Reeves (Stock)

Yaak Valley, Montana, Smith Henderson (Belfond)

New York, esquisses nocturnes, Molly Prentiss (Calmann-Lévy)

Parmi les loups et les bandits, Atticus Lish (Buchet-Chastel)

Une singularité nue Sergio De La Pava (Le Cherche midi)

 

Et cette année, c’est Virginia Reeves qui est la lauréate du Prix. Son premier roman Un travail comme un autre, traduit par carine Chichereau et publié chez Stock, a été choisi par un jury de bibliothécaires et de libraires.

Le livre : 

un-travail-comme-un

« On naît avec quelque chose dans les veines, pour mon père, c’était le charbon, pour Marie, c’est la ferme, pour moi un puissant courant électrique. »

Roscoe T Martin est fasciné par cette force plus vaste que tout, plus grande que lui, qui se propage avec le nouveau siècle : l’électricité. Il s’y consacre, en fait son métier. Un travail auquel il doit pourtant renoncer lorsque Marie, sa femme, hérite de l’exploitation familiale. Année après année, la terre les trahit. Pour éviter la faillite, Roscoe a soudain l’idée de détourner une ligne électrique de l’Alabama Power. L’escroquerie fonctionne à merveille, jusqu’au jour où son branchement sauvage coûte la vie à un employé de la compagnie..

Un premier roman exceptionnel, porté par une langue sincère, directe et suave.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s