Tout ce dont on rêvait, François Roux (Albin Michel)

img_1840

Tout ce dont on rêvait, François Roux

Editions Albin Michel, janvier 2017

Rentrée littéraire

Ce livre fait d’ores et déjà partie de la première sélection du Grand Prix RTL-Lire 2017.

Une très brillante chronique de notre époque, gros coup de cœur de cette rentrée littéraire.

A 25 ans, Justine a une vision peu glorieuse des hommes. Et ce n’est pas son père, homme aigri et destructeur, qui réhaussera son estime de la gent masculine. Pas plus qu’il ne l’aidera à avoir une bonne image d’elle-même.

C’est pourquoi, malgré son coup de foudre pour Alex, elle se contentera d’épouser son frère Nicolas, un homme certes bienveillant, aimant, mais pour lequel elle éprouve tout au plus de la tendresse. Se contenter de ce que la vie lui offre, avoir le sentiment de ne pas mériter mieux, c’est tout Justine, conséquence de ce saccage opéré par son père sur l’estime d’elle-même. Et de s’accomoder de ce « presque » bonheur pendant 20 ans, mère désormais de deux enfants, femme dévouée aux autres dans sa profession d’infirmière en psychiatrie. Aider les autres à défaut d’être capable de s’aider soi. Donner ce que l’on aurait aimé recevoir.

Jusqu’au jour où le licenciement de son mari va bouleverser cet équilibre apparent. Quand Nicolas, son roc, son confident, son repère, s’effondre, c’est sa vie qui s’effondre avec lui. Et de voir en miroir le mal qui la ronge : perte de l’estime de soi, sentiment d’inutilité, absence de repères, sentiment d’exclusion.

Commence pour Nicolas comme pour Justine une longue errance sur les flots du doute : leur vie est un cauchemar, bien éloignée de ce dont ils rêvaient. Mais quels étaient ces rêves, ces désirs, tant sentimentalement que professionnellement ? L’autre est-il la bonne personne ? Une remise en question profonde. Essentielle. Et salutaire.

Tout ce dont on rêvait est un roman magistralement écrit, une peinture juste et sensible de notre époque à travers un couple fragilisé. Quels sont les rêves de cette génération X, coincée entre les baby-boomers et les digital-natives ? Comment composer avec un monde du travail exigeant et violent ? Comment résister dans une société pour laquelle la réussite sociale est LA carte de visite ? François Roux nous livre un portrait brillant, passionnant et sans concession de notre société. A lire !

Publicités

2 commentaires sur “Tout ce dont on rêvait, François Roux (Albin Michel)

    • C’est moi qui vous remercie de nous offrir un roman aussi magnifiquement écrit, avec un tableau si sensible et si juste de notre société. Ce fut un tel bonheur de m’y plonger que le chroniquer s’imposait. Amitiés, Karine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s