Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part, Sabrina Philippe : une autre vision de l’amour

15941464_1477819392245973_6916751390181971878_n-copie

Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part, Sabrina Philippe

Editions Eyrolles, janvier 2017

278 P. ; 14,90€

Elle est jeune, jouit d’une certaine notoriété en tant que psychologue spécialiste de l’amour à la télévision. Et pourtant, sa vie privée est tout sauf épanouie. Paradoxe que de donner à l’écran des recettes pour réussir sa vie de couple, quand soit même on en souffre. Récemment séparée et installée dans un appartement parisien au cœur du Marais, ses pas la portent un jour dans un café de l’île Saint-Louis. C’est alors qu’elle y rencontre une vieille femme dont les propos vont bouleverser sa vision de l’amour. Mais pas seulement : sa conception du monde, du sens même de la vie, de sa mission de vie vont être elles-aussi chamboulées…

Hasard des rencontres ou destin ? Cette vieille femme semble là pour lui apporter des réponses aux questions que justement elle se pose. Et en effet, elle a un savoir à lui transmettre, une vision du monde, du couple, de l’amour, à partager. Et de livrer à la narratrice, page après page, les chapitres de son histoire. Elle a rencontré l’Amour il y a bien longtemps. Pas l’amour au sens où nous l’entendons communément, non. L’âme-soeur. Un amour spirituel. Un amour extraordinaire, au sens premier du terme. Un amour si fort, si perturbant, qu’il vous laisse dans l’incompréhension des sentiments qui vous animent et bouleverse le cours de votre vie.

Au fil des confidences, la narratrice parcourt le chemin de vie de la vieille femme. Un itinéraire initiatique vers une autre conception de l’amour, plus vaste, plus puissante. Les questionnements se multiplient alors et mettent à mal nos certitudes. Et si le but ultime de l’amour n’était pas notre bonheur ? Et si l’amour terrestre n’était pas le dessein réel ?

Ce roman est une réussite à plus d’un titre. Il se dévore grâce à la fluidité du style, à la tension permanente qui tient le lecteur en haleine de la première à la toute dernière page, à l’énergie lumineuse qu’il dégage. Mais pas seulement. Il offre au lecteur des clés pour appréhender différemment l’amour, ouvrir son regard, éveiller son esprit. Sans prétendre détenir la vérité, sans dogmatisme aucun, Sabrina Philippe nous suggère des pistes, nous invite à réfléchir. D’où vient-on? Pour quoi? Où va t-on? Libre à chacun ensuite, fort de cette expérience partagée, de trouver sa propre mission de vie.

Un roman qui touche à l’intime et à l’universel de la passion. Un roman de développement spirituel à lire absolument!

P. 170 : Seule la souffrance nous oblige à apprendre et à nous transformer. La joie nous fige, la souffrance nous anime, car nous cherchons à lui échapper, et par là-même nous nous transformons.  Si vous envisagez chaque épreuve de votre vie comme un apprentissage, alors vous verrez qu’il n’y a plus d’épreuve, il n’y a que des leçons. A chaque fois que quelque chose vous dérange, vous peine, vous terrasse même, demandez-vous : que vais-je pouvoir apprendre de cet événement sur les autres, sur moi-même, sur ce monde ? Et ainsi vous danserez avec l’univers.

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s