Pamela, Stéphanie des Horts (Albin Michel)

image

Pamela, Stéphanie des Horts

Albin Michel, janvier 2017

Rentrée littéraire

Le roman vrai d’une femme amoureuse de l’amour.

« Mon destin passe par les hommes. Je les aime brillants et décoratifs. (…) Je veux des hommes et de l’argent, je veux la célébrité aussi. Je veux l’excellence. Et le plaisir ! » Qui est donc cette femme qui, du haut de ses 18 ans tout juste, ose tenir de tels propos ? Pamela Digby, issue d’une famille d’aristocrates désargentés. Et de mettre ses propos en application dès ses dix-neuf ans en parvenant à épouser le fils de Winston Churchill.

Effroyablement magnétique, Pamela ne s’en tient cependant pas là. Lasse de son bon à rien de mari, elle devient la maîtresse de Gianni Agnelli, d’Élie de Rothschild et du prince play-boy Ali Khan. Mais entretient aussi des liaisons avec le légendaire reporter Edward R. Murrow et avec le célèbre armateur Stávros Niárchos. Elle épousera William « Leland » Hayward, producteur de Broadway, et W. Averell Harriman, gouverneur de New York.

Scandaleuse ? Intrigante ? Courtisane ? Pamela n’a que faire des critiques à son sujet. Rien ni personne ne peut la faire dévier de la route qu’elle s’est tracée.

Cette faculté à se fondre dans chaque situation nouvelle à l’image d’un caméléon, mais aussi à flairer à chaque fois l’homme de la situation, lui ouvre les portes d’un monde auquel peu de gens ont eu accès au cours de la seconde moitié du XXe siècle, un monde où elle a fréquenté quelques-uns des hommes les plus puissants de son époque dans des domaines aussi variés que la politique, la diplomatie, le gotha, les affaires ou le show-biz. « J’aime le pouvoir et l’argent, les affaires de cour et leurs arcanes, j’aime le gotha, la politique, la diplomatie, rien ne m’effraie quand un homme me serre dans ses bras. Je connais ses faiblesses et lui les miennes. Nous avançons de concert, invincibles. J’acquiers ma propre gloire en me mirant dans le reflet de sa célébrité. »

Stéphanie des Horts nous offre une plongée fascinante dans la vie de Pamela, de sa rencontre avec Churchill à sa mort dans la piscine du Ritz à Paris, alors qu’elle était ambassadrice des États-Unis. Une femme à l’existence flamboyante et au destin exceptionnel.

Advertisements

2 commentaires sur “Pamela, Stéphanie des Horts (Albin Michel)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s