Le vertige des falaises, Gilles Paris (éditions Plon): envoûtant!

image

Le vertige des falaises, Gilles Paris

Editions Plon, avril 2017

 

Gilles Paris nous offre un roman dans lequel, une nouvelle fois, il excelle à évoquer les sujets graves avec légèreté, avec cette candeur propre à l’enfance. Un coup de cœur.

 

C’est sur une île quelque peu hostile et inquiétante, dans une maison appelée Glass, à l’architecture étrange de verre et d’acier, que vit le clan matriarcal des Mortemer. La grand-mère Olivia, protectrice et aimante, la fille Rose qui lutte contre la maladie. Et l’intrépide et insolente petite-fille Marnie. En l’espace d’un an, le fils Luc, mais aussi le mari d’Olivia sont décédés. A croire que les hommes ne sont pas les bienvenus en ces lieux. Les voisins sont d’ailleurs des voisines : la gouvernante et sa fille aveugle.

Dans ce coin sauvage, à l’écart du continent, les êtres comme la côte sont battus par les vagues, chahutés par les tempêtes de la vie. Mais chacun reste debout, véritable phare dans la tourmente. Chacun résiste, à l’image de la structure d’acier de Glass. Mais nul n’a la transparence de son verre. Car chaque habitant de l’île couve son secret, inquiétant, obsédant. Pourquoi les hommes ont-ils été ainsi décimés ? Quels sont les secrets de cette famille Mortemer ? Et si une personne détenait à elle seule la clef de tous ces mystères ?

 

Dans ce roman choral au suspens hitchcockien, Gilles Paris se glisse avec talent dans la peau d’une enfant de 14 ans, Marnie. Avec l’innocence apparente de son regard d’adolescente, il aborde des sujets aussi graves que la violence conjugale, l’abandon, la maladie, la mort, mais avec la légèreté d’une plume. De sa plume. Car c’est une des qualités de ce romancier : cette capacité extraordinaire à évoquer les thèmes les plus sombres avec la lumière de l’enfance, de l’espoir et du cœur. De sorte que l’aube n’est jamais très loin de la nuit. Vous serez envoûtés par les lieux, hantés par les personnages. Et ne découvrirez qu’à la toute fin le secret du clan. Une chute aussi vertigineuse que les falaises !