Danser au bord de l’abîme, Grégoire Delacourt (JC Lattès)

IMG_5011

Danser au bord de l’abîme, Grégoire Delacourt

Editions JC Lattès, février 22017 

Après On ne voyait que le bonheur, Grégoire Delacourt explore dans ce roman virtuose la puissance du désir et la fragilité de nos existences.

« J’aimais ma vie. J’étais l’une de ces femmes heureuses. » Emma, 40 ans, mariée, trois enfants, mène une vie paisible auprès d’Olivier, un homme attentionné et aimant. Et pourtant. Pourtant, il aura suffi d’une vision, celle d’un homme aperçu dans une brasserie, pour que ses certitudes soient torpillées, son corps carbonisé de désir, sa raison pulvérisée. Il aura suffi d’une vision, une seule vision, pour qu’en elle naisse l’envie, le besoin impérieux de tout quitter.

Comment quitter ceux que l’on continue à aimer ? Comment être crédible auprès des êtres chers, quand on leur annonce notre départ tout en leur réitérant nos sentiments ?  « L’amour est épuisant et avec Olivier je n’étais pas épuisée. » Emma découvre avoir des faims, des soifs, qu’elle ne soupçonnait pas jusqu’alors. « Je crois que l’on trébuche amoureux à cause d’une part de vide en soi. Un espace imperceptible. Une faim jamais comblée. C’est l’apparition fortuite, parfois charmante, parfois brutale, d’une promesse de satiété qui réveille la béance, qui éclaire nos manques et remet en cause les choses considérées comme acquises et immuables. » Partir pour une promesse de plus grand, plus fort, plus beau. Pour satisfaire un besoin d’absolu.

En contrepoint de l’agitation qui anime Emma, Grégoire Delacourt évoque l’histoire de la chèvre de Monsieur Seguin. Une chèvre heureuse aux bons soins de ce dernier, et qui pourtant désire plus que tout aller dans la montagne, dût-ce y sévir le loup. Un risque qu’elle est prête à encourir tant elle a soif de liberté…

Danser au bord de l’abîme est un roman bouleversant sur le vertige du désir, cette tornade qui peut tout balayer dans nos vies, défie toute raison, toute explication. Un roman indiciblement émouvant et juste sur le courage d’être soi. Vivre ses rêves et dynamiter les barrages des convenances pour répondre à l’appel de la vie. Même si cet appel est porteur de promesses plus que de certitudes… Un coup de cœur! ❤

Publicités