Remise du Prix du roman Fnac 2017

Ce soir, aux Blancs Manteaux, Véronique Olmi a reçu des mains de Leila Slimani, le Prix du Roman Fnac 2017 pour son roman : Bakhita, aux éditions Albin Michel.

IMG_5483

Le roman :

IMG_5485

Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l’esclavage. Rachetée à l’adolescence par le consul d’Italie, elle découvre un pays d’inégalités, de pauvreté et d’exclusion.
Affranchie à la suite d’un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.

Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte.
Avec une rare puissance d’évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d’âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu’elle soit razziée.

Publicités

Prix de Flore 2017 : 1ère sélection

IMG_5470

Le jury du prix de Flore a dévoilé jeudi 14 septembre sa première sélection composée de 9 titres.

Neuf ouvrages sont en lice, parmi lesquels quatre premiers romans: ceux d’Eva Ionesco chez Grasset, de Marion Vernoux chez l’Olivier, de Clovis Goux chez Actes Sud et de Lisa Vignoli chez Stock. Par ailleurs, Stock et Actes Sud placent deux titres dans cette sélection.

La deuxième sélection sera annoncée jeudi 12 octobre et la remise aura lieu le 8 novembre.

Romans sélectionnés :

L’invention des corps de Pierre Ducrozet (Actes Sud)
New moon de David Dufresne (Seuil)
Les panthères grises de Patrick Eudeline (La Martinière)
La disparition de Karen Carpenter de Clovis Goux (Actes Sud)
Innocence de Eva Ionesco (Grasset)
Cortex d’Ann Scott (Stock)
Mobile home de Marion Vernoux (L’Olivier)
Parlez-moi encore de lui de Lisa Vignoli (Stock)
Paname Underground de Zarca (Goutte d’Or).

Citation du jour

J’avais découvert la liberté. Quand on écrit, on a tous les moyens, tous les mots sont à discrétion, les mots des riches, les mots des pauvres, les mots de Proust, les mots de Prévert. Les gros mots et les petits. Je pouvais écrire ce que je voulais comme je voulais. Personne n’allait lire par dessus mon épaule.

Jean-Louis Fournier – Mon autopsie, éditions Stock Août 2017.

IMG_5388