Prix Gulli du roman 2017 : sélection

Prix-Gulli-du-Roman-2017_16_9_extra_large

Jeudi 28 septembre sera décerné le Prix Gulli du roman 2017. Parmi les nombreux romans destinés aux 8-12 ans, le comité de lecture de Gulli en a retenu 5 choisis pour leurs qualités littéraires et leur originalité : 

  • Les piqûres d’Abeille de Claire Castillon (Flammarion Jeunesse)
    « Je l’ai repérée tout de suite, avec sa couronne dans les cheveux. J’ai compris que je pourrais lui faire confiance. À quoi bon avoir une meilleure amie et une amoureuse ? Abeille allait remplir les deux fonctions. En ce qui me concerne, je suis très mûr, assez marrant et plutôt intelligent, il me faut donc une fiancée qui dépote. D’emblée, j’ai senti qu’Abeille avait du tempérament. Avec Abeille, tout est possible. » Ainsi parle Jean, 11 ans, pour décrire sa première rencontre avec Abeille… Tout effectivement va s’avérer possible… L’amour réserve à Jean bien des surprises !
  • Les saisons de Peter Pan de Christophe Mauri (Gallimard Jeunesse)
    Tout le monde croit connaître les aventures de Peter Pan. Mais savez-vous comment sa montre s’est retrouvée dans l’estomac d’un crocodile ? Qui est sorti vainqueur du grand duel d’insultes avec Lily la Tigresse ? Ou de quelle façon Peter a échappé aux boulets de canon du capitaine Crochet ?
  • Nos cœurs tordus de Séverine Vidal et Manu Causse (Bayard Jeunesse)
    Nouveau venu au collège Georges-Brassens, Vladimir, dit Vlad, a les genoux qui se cognent et les mouvements désordonnés… Handicapé de naissance, il est passionné de cinéma, drôle, sensible, généreux et n’a pas la langue dans sa poche. Lou est séduite… et Vlad tombe amoureux. Mais Lou sort avec Morgan…
  • Strada Zambila par Fanny Chartres (L’école des loisirs)

    Les « cueilleurs de fraises » : les Roumains qui partent à l’étranger pour trouver une vie meilleure. Les parents d’Ilinca ont quitté Bucarest pour la France… Pour seulement quelques mois lui ont-ils dit. Mais l’adolescente trouve le temps long. Et malgré la joie de vivre de sa petite soeur Zoe, la présence de leurs formidables grands-parents et de leurs 8 chats, elle ne sait pas comment combler l’absence. Un concours d’art pourrait bien changer sa vie… Son ami Rom, Florin, écrira des poèmes, elle fera des photographies. Le meilleur moyen pour Ilanca de lutter contre les clichés, et de voir, enfin, ce qui se cache derrière les certitudes.

  • Un tigre dans le jardin de Anne-Marie Pol (Pocket Jeunesse)
    Indochine, 1931. Paule, 8 ans, a fait du jardin luxuriant de la propriété de ses parents son domaine de petite fille solitaire et fantasque. Elle y sent la présence du tigre qu’elle s’est inventé pour ami, gardien de son monde imaginaire plein de promesses de liberté. Une présence complice et rassurante qui la protège du monde si compliqué des adultes, où rode une ombre qui éloigne d’elle sa mère si distante et son père si occupé.

Le jury : 

Daphné Burki, Marie Drucker, Françoise Dargent et Alain Mabanckou rejoignent le jury aux côtés de Michèle Reiser et de Joan Sfar pour élire le prix du Roman 2017.

 

Verdict jeudi 28 septembre!

 

 

Publicités

Rentrée littéraire. Gabriële, Anne et Claire Berest

21151537_1730795246948385_841268841253783785_n

Gabriële, Anne et Claire Berest

Editions stock, août 2017

Rentrée littéraire

L’arrière-grand-père d’Anne et Claire Berest n’est autre que Francis Picabia, célèbre peintre de la première moitié du 20ème siècle. Mais qui était Gabriële, sa femme ? Et les deux sœurs de décider d’aller à la rencontre de celle qui demeure à leurs yeux une inconnue. Le portrait fascinant d’une femme hors-normes, à l’intelligence supérieure et d’une liberté totale pour son époque.

 

Gabriële Buffet a 27 ans quand elle rencontre Francis Picabia. Lui est un peintre déjà très connu, ses expositions sont un triomphe. Mais il ne trouve plus de satisfactions dans son travail, sent qu’il a besoin de donner une autre direction à sa peinture, sans identifier laquelle. Gabriële sera sa boussole. Elle est « une femme très cultivée et d’une indépendance d’esprit remarquable : par sa manière de penser et d’agir, elle était très en avance sur son époque et son milieu. » Celle qui avait juré fidélité absolue à la musique et s’y est investie totalement au point d’être la première femme admise comme compositeur à la Schola Cantorum, après ses études au conservatoire national de Paris, met fin à sa carrière lors de sa rencontre avec le peintre. Mais une fin assumée, choisie, car cette femme libre n’aurait en aucun cas subi pareille décision.

Construite pour élaborer et défendre des idées, elle se révèle être le double féminin de Picabia. Et devient sa muse. Plus encore : elle accepte ses jours de solitude, les infidélités de son mari, ses extravagances, son penchant pour l’opium, pour le seul goût de l’art. Pour se mettre non au service de son mari, mais bien davantage : au service d’une révolution artistique. Elle aura une influence libératrice et capitale sur les artistes de son époque. Aimée de Marcel Duchamp, elle forme avec Picabia et lui, un trio sensuel ambigu. Proches d’Appolinaire, de Tristan Tzara, d’Arthur Cravan, de Marie Laurencin ou encore de Picasso, le couple Picabia entend mettre à mal l’art ancien être à l’origine d’un renouveau de la vie artistique.

C’est un portrait passionnant que dressent de cette femme et de ce couple les deux auteurs. « Des monstres de génie, monstres dans ce que cela sous-entend originellement d’absence de normes, d’êtres venus d’ailleurs. » Mais pas seulement. Ce livre, très documenté, offre de surcroît une très belle peinture de ce que fut le foisonnement artistique de ce début du XXème siècle.