Vendredi 13 octobre : RDV exceptionnel avec plein de talentueux auteurs à la librairie « L’oeil écoute » : save the date!!!

cropped-photo-site-oeil-écoute1

Le vendredi 13 octobre, les auteurs et vous, lecteurs, êtes appelés à vous mobiliser pour une très belle cause : sauver la librairie L’oeil écoute, au 77 boulevard du Montparnasse (Paris 6ème). Bloquez cette date, faites en sorte que le vendredi 13 soit un jour porte-bonheur pour tous les amoureux de littérature!

L’évènement du vendredi 13 octobre : Un livre de votre choix acheté, dédicacé par  les auteurs en présence, pour sauver la librairie

Le vendredi 13 octobre, les auteurs viendront avec une bouteille et quelque chose à grignoter et offriront aux lecteurs un pot de l’amitié. Pour participer, rien de plus simple. Il suffit de s’engager à acheter un livre de la librairie quel qu’il soit. Cela peut-être un polar, un roman d’amour, de politique, un livre pour enfant, un livre de cuisine, celui qui vous tente ou que vous aviez remis à plus tard. Les auteurs y poseront une petite dédicace en souvenir de la soirée.

Une cagnote sur Ulule.com :

Vous n’habitez pas Paris? Qu’à cela ne tienne, vous pouvez participer quand même! Pour ceux qui n’habitent pas la région parisienne ou qui ne sont pas libres ce soir-là, vous pouvez en effet participer à cette opération de soutien en déposant symboliquement le prix d’un livre sur la cagnotte Ulule https://fr.ulule.com/librairie-loeil-ecoute/ mise en place pour tenter de sauver la librairie. Pour l’instant, €5.297 ont été réunis, soit 21% des 25.000 nécessaires. Mais, grâce à vous, les choses vont changer, c’est sûr…

Quels seront les auteurs présents au pot de l’amitié ?

IMG_5509Nombreux sont les auteurs qui ont déjà répondu présent. Parmi eux, René Manzor, toujours prêt à se mobiliser pour une cause noble. Mais aussi Olivier Norek Guillaume MussoBernard MinierNiko TackianIAN ManookSamuel DelageLaurent Scalese. D’autres auteurs seront présents dont nous vous communiquerons les noms au fur et à mesure de leur réponse.

Quelle heure : 

En nocturne, de 18 heures à … l’épuisement des auteurs et lecteurs ! 😉

Comment venir  la librairie L’oeil écoute : 
La librairie est située au 77 boulevard du Montparnasse à Paris dans le sixième arrondissement, à deux pas du carrefour du 18 juin et de la rue de Rennes.
Si vous venez en métro, prenez la sortie 5 à Montparnasse.
oeilecoute17o.dion_.jpg
Horaires de la librairie : car vous pouvez bien sûr y aller aussi en dehors de cette manifestation de soutien ! 😉
Lundi: 10h à 19h45
Mardi: 10h à 22h45
Mercredi: 10h à 22h45
Jeudi: 10h à 22h45
Vendredi: 10h à 23h45
Samedi: 10h00 à 23h45
Faites circuler, partagez, venez nombreux soutenir cette librairie! Rendez-vous le 13 octobre à 18 h00!
Publicités

Prix Révélation SGDL 2017 : première sélection

prix_litteraires_603x380

19 titres composent la première sélection de fiction des prix Révélation de la Société des gens des lettres 2017.

La Société des gens des lettres a révélé, lundi 25 septembre, la première sélection de fiction des prix Révélation 2017 composée de 19 ouvrages publiés entre septembre 2016 et septembre 2017.

Huit lauréats sont distingués par les prix Révélation de la SGDL qui comprennent le Grand prix SGDL du premier roman, le prix SGDL révélation pour un ouvrage (avec trois lauréats), le prix SGDL révélation de poésie, le prix André Dubreuil du premier roman et le prix SGDL du premier recueil des nouvelles.

téléchargement

La première sélection de fiction

  • La vie magnifique de Franck Dragon de Stéphane Arfi (Grasset)
  • La Voix de Cabo de Catherine Baldisserri (Intervalles)
  • Iles flottantes de Jean-Luc Cattacin (Phébus)
  • Famille nombreuse de Chadia Chaïbi-Loueslati (Marabout)
  • Sangliers d’Aurélien Delsaux (Albin Michel)
  • Le courage qu’il faut aux rivières d’Emmanuelle Favier (Albin Michel)
  • Transport d’Yves Flank (L’Antilope)
  • Le coureur et son ombre d’Olivier Haralambon (Premier Parallèle)
  • Evacuation de Raphaël Jerusalmy (Actes Sud)
  • La ville fond de Quentin Leclerc (l’Ogre)
  • Fief de David Lopez (Seuil)
  • Le Presbytère d’Ariane Monnier (J-C Lattès)
  • Belle merveille de James Noël (Zulma)
  • Rapatriés de Néhémy Pierre-Dahomey (Seuil)
  • Une île en hiver de Sonia Ristic (Le Ver à soie)
  • L’Ivresse du sergent Dida d’Olivier Rogez (Le Passage)
  • Encore vivant de Pierre Souchon (Le Rouergue)
  • Ces rêves qu’on piétine de Sébastien Spitzer (L’Observatoire)
  • Mobile home de Marion Vernoux (L’Olivier)

Une deuxième sélection sera annoncée entre le 7 et le 8 octobre puis une dernière en novembre. Les prix seront remis début décembre.

 

Source : Livres Hebdo du 26/09/17

Glissez Sophie Adriansen dans votre poche!

21740217_1753892947984720_6928901393689142099_n

Le syndrome de la vitre étoilée, Sophie Adriansen

Editions Pocket, septembre 2017

 

Un roman qui démarre comme le chemin de croix d’une jeune femme, mais qui, très vite, frappe par son humour, sa lucidité, sa cruauté et prend la forme du journal rétroéclairé d’une femme qui découvre le pouvoir d’être libre. Le roman d’une renaissance.

Stéphanie et Guillaume sont en couple depuis dix ans. Parmi leurs amis fleurissent des annonces joyeuses de grossesses, de naissances. Une joie à laquelle ils espèrent eux-mêmes goûter. Mais pour l’heure, faute d’y parvenir, ils multiplient chacun les examens éprouvants tant physiquement que moralement, suivent des traitements contraignants, subissent les remarques parfois déplacées et maladroites de leur entourage, l’indélicatesse du corps médical.

Un désir qui très vite tourne à l’obsession. « J’y pense chaque jour. Chaque heure. Chaque minute. »

Un désir qui mine les fondations du couple aussi assurément qu’une armée de termites.

Un désir qui détruit tout, y compris l’estime de soi, faute d’être assouvi.

Tous deux conviennent que le désir s’est transformé, que l’amour a fait place au mieux à une grande tendresse. Et qu’il convient de se séparer.

Pour Stéphanie, il s’agit davantage de l’aube d’une nouvelle vie, que de la fin de son monde. Certes, elle n’échappe pas au deuil de sa relation, au manque de l’autre, mais cette tristesse se mêle à l’intuition exaltante que quelque chose de grand, de beau l’attend. Que tout est encore possible. Y compris de devenir mère, puisque les examens ont révélé que rien dans son fonctionnement ne s’oppose à une maternité. Le problème venait de son conjoint.

Reste à trouver sa voie, à identifier ce dont elle a envie et besoin, ses urgences et ses priorités. Reste surtout et avant tout à se trouver. Une période de tâtonnements, de peurs à surmonter. Pas à pas elle avance doucement mais sûrement vers elle-même. Une reconquête de soi qui passe par le corps. Le yoga sera à ce titre salutaire. « Je me répète ce que je commence à comprendre. Je suis quelqu’un d’important. Le personnage principal de ma propre vie. »

C’est avec beaucoup de finesse et de sensibilité que Sophie Adriansen évoque le parcours de cette jeune femme, ses souffrances, ses doutes, ses peurs. Ses émerveillements et espoirs aussi. Dans une construction très originale, mêlant souvenirs, remarques de proches, analyses biologiques, extraits de livres ou d’articles, ou encore statistiques, elle fournit au lecteur les pièces du puzzle de son existence. Peu à peu se dessinent les contours de cette nouvelle vie, les formes de ce corps désormais en accord, le relief d’un esprit et d’un cœur apaisés. Le tableau d’une émouvante renaissance.

Parce qu’il n’est jamais trop tard pour être soi.

Prix Gulli du roman 2017 : sélection

Prix-Gulli-du-Roman-2017_16_9_extra_large

Jeudi 28 septembre sera décerné le Prix Gulli du roman 2017. Parmi les nombreux romans destinés aux 8-12 ans, le comité de lecture de Gulli en a retenu 5 choisis pour leurs qualités littéraires et leur originalité : 

  • Les piqûres d’Abeille de Claire Castillon (Flammarion Jeunesse)
    « Je l’ai repérée tout de suite, avec sa couronne dans les cheveux. J’ai compris que je pourrais lui faire confiance. À quoi bon avoir une meilleure amie et une amoureuse ? Abeille allait remplir les deux fonctions. En ce qui me concerne, je suis très mûr, assez marrant et plutôt intelligent, il me faut donc une fiancée qui dépote. D’emblée, j’ai senti qu’Abeille avait du tempérament. Avec Abeille, tout est possible. » Ainsi parle Jean, 11 ans, pour décrire sa première rencontre avec Abeille… Tout effectivement va s’avérer possible… L’amour réserve à Jean bien des surprises !
  • Les saisons de Peter Pan de Christophe Mauri (Gallimard Jeunesse)
    Tout le monde croit connaître les aventures de Peter Pan. Mais savez-vous comment sa montre s’est retrouvée dans l’estomac d’un crocodile ? Qui est sorti vainqueur du grand duel d’insultes avec Lily la Tigresse ? Ou de quelle façon Peter a échappé aux boulets de canon du capitaine Crochet ?
  • Nos cœurs tordus de Séverine Vidal et Manu Causse (Bayard Jeunesse)
    Nouveau venu au collège Georges-Brassens, Vladimir, dit Vlad, a les genoux qui se cognent et les mouvements désordonnés… Handicapé de naissance, il est passionné de cinéma, drôle, sensible, généreux et n’a pas la langue dans sa poche. Lou est séduite… et Vlad tombe amoureux. Mais Lou sort avec Morgan…
  • Strada Zambila par Fanny Chartres (L’école des loisirs)

    Les « cueilleurs de fraises » : les Roumains qui partent à l’étranger pour trouver une vie meilleure. Les parents d’Ilinca ont quitté Bucarest pour la France… Pour seulement quelques mois lui ont-ils dit. Mais l’adolescente trouve le temps long. Et malgré la joie de vivre de sa petite soeur Zoe, la présence de leurs formidables grands-parents et de leurs 8 chats, elle ne sait pas comment combler l’absence. Un concours d’art pourrait bien changer sa vie… Son ami Rom, Florin, écrira des poèmes, elle fera des photographies. Le meilleur moyen pour Ilanca de lutter contre les clichés, et de voir, enfin, ce qui se cache derrière les certitudes.

  • Un tigre dans le jardin de Anne-Marie Pol (Pocket Jeunesse)
    Indochine, 1931. Paule, 8 ans, a fait du jardin luxuriant de la propriété de ses parents son domaine de petite fille solitaire et fantasque. Elle y sent la présence du tigre qu’elle s’est inventé pour ami, gardien de son monde imaginaire plein de promesses de liberté. Une présence complice et rassurante qui la protège du monde si compliqué des adultes, où rode une ombre qui éloigne d’elle sa mère si distante et son père si occupé.

Le jury : 

Daphné Burki, Marie Drucker, Françoise Dargent et Alain Mabanckou rejoignent le jury aux côtés de Michèle Reiser et de Joan Sfar pour élire le prix du Roman 2017.

 

Verdict jeudi 28 septembre!

 

 

Rentrée littéraire. Gabriële, Anne et Claire Berest

21151537_1730795246948385_841268841253783785_n

Gabriële, Anne et Claire Berest

Editions stock, août 2017

Rentrée littéraire

L’arrière-grand-père d’Anne et Claire Berest n’est autre que Francis Picabia, célèbre peintre de la première moitié du 20ème siècle. Mais qui était Gabriële, sa femme ? Et les deux sœurs de décider d’aller à la rencontre de celle qui demeure à leurs yeux une inconnue. Le portrait fascinant d’une femme hors-normes, à l’intelligence supérieure et d’une liberté totale pour son époque.

 

Gabriële Buffet a 27 ans quand elle rencontre Francis Picabia. Lui est un peintre déjà très connu, ses expositions sont un triomphe. Mais il ne trouve plus de satisfactions dans son travail, sent qu’il a besoin de donner une autre direction à sa peinture, sans identifier laquelle. Gabriële sera sa boussole. Elle est « une femme très cultivée et d’une indépendance d’esprit remarquable : par sa manière de penser et d’agir, elle était très en avance sur son époque et son milieu. » Celle qui avait juré fidélité absolue à la musique et s’y est investie totalement au point d’être la première femme admise comme compositeur à la Schola Cantorum, après ses études au conservatoire national de Paris, met fin à sa carrière lors de sa rencontre avec le peintre. Mais une fin assumée, choisie, car cette femme libre n’aurait en aucun cas subi pareille décision.

Construite pour élaborer et défendre des idées, elle se révèle être le double féminin de Picabia. Et devient sa muse. Plus encore : elle accepte ses jours de solitude, les infidélités de son mari, ses extravagances, son penchant pour l’opium, pour le seul goût de l’art. Pour se mettre non au service de son mari, mais bien davantage : au service d’une révolution artistique. Elle aura une influence libératrice et capitale sur les artistes de son époque. Aimée de Marcel Duchamp, elle forme avec Picabia et lui, un trio sensuel ambigu. Proches d’Appolinaire, de Tristan Tzara, d’Arthur Cravan, de Marie Laurencin ou encore de Picasso, le couple Picabia entend mettre à mal l’art ancien être à l’origine d’un renouveau de la vie artistique.

C’est un portrait passionnant que dressent de cette femme et de ce couple les deux auteurs. « Des monstres de génie, monstres dans ce que cela sous-entend originellement d’absence de normes, d’êtres venus d’ailleurs. » Mais pas seulement. Ce livre, très documenté, offre de surcroît une très belle peinture de ce que fut le foisonnement artistique de ce début du XXème siècle.

 

 

Ne manquez pas Welcome to Woodstock : don’t worry, be hippie!

welcometowoodstock-bandeau

Un spectacle de Jean-Marc Ghanassia, mis en scène par Laurent Serrano.

En ce moment, au théâtre Le Comédia (Paris 10ème), se joue un road trip musical et psychédélique à ne surtout pas manquer : Welcome to Woodstock! Deux heures de musique d’une énergie époustouflante qui vont vous faire (re)vivre les années hippies.

DSC05592 copyrights Pixelle.jpg

Un spectacle interprété en live : 

C’est l’histoire de copains étudiants qui, après les années 68, décident de partir à la découverte du mouvement hippie. Direction Woodstock, où 500 000 personnes les précèdent. Ce sont 12 artistes complets que l’on retrouve sur scène, à la fois comédiens, chanteurs et musiciens. Ils interprètent les titres en live dans une ambiance de folie, devant une salle conquise.

4Z7A7056 copyrights Pixelle.jpg

Bien plus qu’une comédie musicale : 

Laurent Serrano, metteur en scène, n’a pas voulu faire une comédie musicale. « C’est une performance scénique d’un genre nouveau dans laquelle se mêlent étroitement scènes jouées, chansons cultes et vidéos psychédéliques « . L’introduction de la vidéo, avec des images d’archives, des paysages changeants, offre un effet visuel saisissant et une profondeur de scène impressionnante, ce qui permet au spectateur de voyager et dans l’espace et dans le temps.

4Z7A7108 copyrights Pixelle

Les plus grandes chansons pop/rock américaines des années 65/70 : 

Ces douze artistes, avec un talent et une énergie incroyables, des décors et des tenues psychédéliques, interprètent les grands artistes de la contre-culture américaine des années 70. On retrouve ainsi les plus grands standards de cette époque : les titres cultes de The Who, Scott Mc Kenzie, The Doors, Janis Joplin, Bob Dylan, les Pink Floyd, Otis Redding, Joan Baez, Jimi Hendrix, Cat Stevens, Joe Cocker mais aussi The turtles ou encore Hair, Soft Machine, The melodians, Jefferson Airplane et Richie Haevens. Une ambiance survoltée sur scène comme dans la salle.

4Z7A6932 copyrights Pixelle.jpg

Alors, si vous voulez passer un moment exquis au coeur des années 70, avec des artistes de talent, deux heures de musique live, de paix et d’amour, ruez-vous sur ce spectacle!

 

Crédits photos : copyrights Pixelle.