Grand prix du roman de l’Académie française 2017

Le Grand prix du roman de l’Académie française a été remis à Daniel Rondeau pour Mécaniques du chaos (Grasset).

 Il succède au palmarès à Adélaïde de Clermont-Tonnerre (Le Dernier des nôtres ). Il l’a emporté in extrémis au 3e tour avec 12 voix contre 11 suffrages pour  Yannick Haenel (Tiens ferme ta couronne). Les autres finalistes étaient le Haïtien Louis-Philippe Dalembert, déjà lauréat du prix Orange (Avant que les ombres s’effacent), et Julie Wolkenstein (Les Vacances).

Le prix est doté de 10.000 euros.

Le lauréat :

10967616lpw-10967655-article-franceliteratureawardrondeau-jpg_4667138_660x281

Daniel Rondeau est écrivain. Il a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages, parmi lesquels des romans (Dans la marche du temps), des portraits de villes méditerranéennes (Tanger, Istanbul, Carthage, Alexandrie), des récits autobiographiques (L’Enthousiasme, les Vignes de Berlin), des livres d’intervention (Chronique du Liban rebelle).

Le livre : 

9782246688310-001-T

Et si la fiction était le meilleur moyen pour raconter un monde où l’argent sale et le terrorisme mènent la danse  ? Ils s’appellent Grimaud, Habiba, Bruno, Rifat, Rim, Jeannette, Levent, Emma, Sami, Moussa, Harry. Ce sont nos contemporains. Otages du chaos général, comme nous. Dans un pays à bout de souffle, le nôtre, pressé de liquider à la fois le sacré et l’amour, ils se comportent souvent comme s’ils avaient perdu le secret de la vie. Chacun erre dans son existence comme en étrange pays dans son pays lui-même.
Mécaniques du chaos est un roman polyphonique d’une extraordinaire maîtrise qui se lit comme un thriller. Il nous emporte des capitales de l’Orient compliqué aux friches urbaines d’une France déboussolée, des confins du désert libyen au cœur du pouvoir parisien, dans le mouvement d’une Histoire qui ne s’arrête jamais.

 

Prix Interallié 2017 : les finalistes

IMG_5491prixliterraire

Le jury du prix Interallié a annoncé, mercredi 26 octobre, sa deuxième sélection réduite à 8 titres. 

Le jury du prix Interallié a dévoilé, jeudi 26 octobre, sa deuxième sélection 2017 réduite de 17 à 8 titres, dont 7 romans et un essai – celui de Jean-René Van der Plaetsen, La nostalgie de l’honneur (Grasset), lauréat du prix Jean Giono. Grasset place 4 titres dans cette deuxième liste. La troisième sélection sera dévoilée le 8 novembre, la date de proclamation n’a pas encore été fixée.

La deuxième sélection :

  • Nos richesses de Kaouther Adimi (Seuil)
  • Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable (Gallimard)
  • Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfus (Grasset)
  • La gloire des maudits de Nicolas d’Estienne d’Orves (Albin Michel)
  • Villa Kerylos d’Adrien Goetz (Grasset)
  • La disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez (Grasset)
  • La serpe de Philippe Jaenada (Julliard)
  • La nostalgie de l’honneur de Jean-René Van der Plaetsen (Grasset).

Le jury :

Président du jury : Philippe Tesson
Le jury se compose de Gilles-Martin Chauffier, Stéphane Denis, Jacques Duquesne, Serge Lentz, Eric Neuhoff, Christophe Ono-dit-Biot, Jean-Marie Rouart, Jean-Christophe Rufin et Florian Zeller.
Les finalistes seront connus le 8 novembre.