Prix Renaudot des lycéens 2017 : Kaouther Adimi

Le Prix Renaudot des Lycéens a été créé en 1992,  avec l’accord du jury officiel du Prix Renaudot et à l’initiative de l’association des Amis de Théophraste Renaudot. Les élèves de quatre départements du Poitou-Charentes, issus de dix lycées, composent le jury. 

Après délibérations, le jury s’est prononcé ce matin en faveur de Kaouther Adimi pour son roman Nos richesses, paru aux éditions du Seuil.

Le roman primé : Nos richesses

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est d’accoucher, de choisir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l’égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d’un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres, c’est aussi la sacrifier aux aléas de l’infortune. Et à ceux de l’Histoire. Car la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale.

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n’éprouve qu’indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre une librairie poussiéreuse, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.

L’auteur lauréat : Kaouther Adimi

Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi est diplômée en lettres modernes et en management international des ressources humaines. Actuellement, elle travaille comme responsable des ressources humaines dans une entreprise de luxe. Ses nouvelles ont été distinguées par le prix du jeune écrivain francophone de Muret (en 2006 et en 2008) et par le prix du FELIV (Festival international de la littérature et du livre de jeunesse d’Alger). Son premier roman, L’Envers des autres (Actes Sud, 2011) est aussi paru en Algérie aux éditions Barzakh et a obtenu le prix de la Vocation.

 

 

2 commentaires sur “Prix Renaudot des lycéens 2017 : Kaouther Adimi

  1. Théophraste Renaudot est, selon les données disponibles, natif de Paris vers 1584. Ses parents seraient arrivés à Loudun vers 1590 à cause des troubles à Paris à cette période. Nombre de familles protestantes se réfugiant en effet dans des villes où ils avaient des liens (famille maternelle, les Fourneau à Loudun, cité de la Généralité de Touraine jusqu’à 1790). Ainsi, son père et son frère, baptisé en 1591, sont signalés après 1589 à Loudun (archives). Des hebdomadaires existaient en Europe, dès 1611 au Pays-Bas, et Richelieu, qui en avait connaissance, lui a confié la gérance de l’hebdo La Gazette de Paris éditée ainsi à partir de 1632 (Ile de la Cité). Sources non démenties à ce jour: Théophraste Renaudot natif de Paris ? voir bulletin AGCF N° 46, pages 5 à 18, ISSN 1267-7957, section périodiques, BNF Paris. Infos: agcf.acadie-quebec@orange.fr

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s