Désormais, mes livres prennent seuls l’ascenseur : « Bougez avec La Poste ! »

LaPoste

Vous en avez assez de vous reposer le week-end ? Vous rêvez d’être réveillé de tôt matin par des sonneries intempestives ? Vous trouvez les traditionnels joggings somptueusement laids et préférez sortir en nuisette pour faire de l’exercice ? Alors adressez-vous au nouveau coach sportif national : La Poste ! Comment ça, vous ignoriez que La Poste faisait autre chose que livrer du courrier ? Pour ce qui est de la livraison du courrier par contre, il n’y a plus personne…

1451521471schtroumpf-facteur

Chaque samedi matin, désormais, c’est le même rituel : plus besoin de réveil, mon coach sportif, à savoir ma factrice, sonne. Non, elle ne sonne pas à ma porte. Oh, non pas qu’elle soit paresseuse, pensez donc !  Tssss, elle tient à ce que je fasse ma part d’exercices physiques, soucieuse de ma forme. Louable motif. Elle sonne donc au rez-de-chaussée, à l’interphone !

  • J’ai des livres pour vous !
  • Mais pourquoi ne les mettez-vous pas dans ma boîte aux lettres ?
  • Parce qu’ils ne passent pas par la fente et que je n’ai pas mon pass !
  • Mais vous n’aviez déjà pas votre pass la semaine dernière ni la semaine d’avant ni…

A l’image d’un taxi qui viendrait vous chercher sans voiture, ma factrice livre sans pass, mais pas sans tour de passe-passe.

  • Je vous mets les livres dans l’ascenseur !
  • Mais je suis en nuisette, les cheveux dégoulinant de shampoing !… Allo ?…

La factrice est repartie, sans s’assurer que je réceptionnerai bien les livres, car elle n’est pas là pour ça, non, non, mais pour me faire faire du sport !

108153251_o.jpg

Je vous l’ai dit en titre, depuis plusieurs semaines, mes livres prennent seuls l’ascenseur. Mais ils ne savent pas qu’ils viennent chez moi, alors je dois filer en nuisette à leur rencontre avant qu’un autre résident n’appelle l’ascenseur et ne les intercepte. Et de sprinter, cherchant chaque semaine à améliorer mes relais : ouverture de porte-course jusqu’à l’ascenseur-prise des livres-retour à l’appartement.

facteur-dans-l-uniforme-bleu-avec-le-sac-rouge-portant-un-personnage-de-dessin-animé-lourd-de-colis-vecteur-de-courrier-de-la-95212649.jpg

Ça, c’est pour le week-end. Mais La Poste m’entraîne intensivement le reste de la semaine aussi ! Eh oui, c’est un coach consciencieux, à défaut de l’être tout autant dans sa mission première d’acheminement de courrier. Pour cela, La Poste diversifie les entraînements. En semaine, elle m’achemine des colissimos de livres qu’elle dépose entre 20h et 7h00 du matin (heure à laquelle mon conjoint shoote dans des enveloppes trouvées vides en partant au travail). Et comme il s’agit d’un horaire tardif (ou matinal), elle ne sonne pas à ma porte ni à l’interphone. Non, les livres sont généreusement abandonnés sur les marches dans la cour de la résidence, ou sur le trottoir, offerts au premier venu. Cette fois, il s’agit donc de descendre en courant le plus rapidement possible jusqu’à la cour intérieure, et, si vous arrivez trop tard (soit les ¾ du temps) votre sprint de 50 mètres se transforme en course du 200 mètres jusqu’au bureau de Poste. Là, on vous dit que les colis, bien que déposés à la Poste, ne sont plus traités par elle mais par des entreprises sous-traitantes privées, que ce n’est pas leur problème. Suis-je bête, ils sont coachs sportifs, pas livreurs de courrier ! Et puis, je devrais me réjouir, ingrate que je suis. Certes, je n’ai pas reçu les livres qui sont mon outil de travail. Mais. Mais je reviens du bureau de Poste avec un double entraînement à mon actif : une course de 400m et un entraînement ô combien plus difficile : celui de garder mon calme.

Avis à La Poste : Et si, accessoirement, vous livriez le courrier?…

dessin.jpg