Rentrée littéraire : Olivia de Lamberterie, Avec toutes mes sympathies (Stock)

img_3927

Avec toutes mes sympathies, Olivia de Lamberterie

Editions Stock, août 2018

Rentrée littéraire

Le roman d’un amour puissant entre un frère et une sœur, un amour que ni les océans, ni le temps, ni même la mort n’a altéré. Un portrait touchant, vivant, d’un homme et frère qui a choisi de mettre fin à sa vie.

Olivia de Lamberterie est passée pour la première fois de l’autre côté de la page. Critique littéraire « car la lecture est l’endroit où je me sens à ma place. Lire répare les vivants et réveille les morts. Lire permet non de fuir la réalité comme beaucoup le pensent, mais d’y puiser une vérité », elle a cette fois tenu la plume. Pour nous parler de son frère, de ce personnage chaleureux, flamboyant, qui a mis fin à ses jours trois ans plus tôt. Un frère dont elle était si proche.

Alors que jusqu’ici l’auteur ne trouvait pas la nécessité d’écrire, le chagrin paroxystique dans lequel l’a laissée le suicide de son frère, a rendu l’écriture d’une impérieuse nécessité. Non pas pour suturer ses blessures au fil des mots, mais pour continuer à faire vivre son frère à travers ces pages, pour faire connaître cet homme passionnant et passionné à un cercle étendu. Et, plus largement, pour balayer d’un revers de plume certains préjugés : non, les personnes qui passent à l’acte ne sont pas forcément isolées et sans amour ; non, l’équation du bonheur n’est pas une femme aimante + des enfants adorables + un bon travail = bonheur garanti, c’est plus complexe que cela…

Avec beaucoup de sensibilité, d’authenticité, Olivia de Lamberterie peint touche par touche le portrait de cet enfant et de cet homme, un être imaginatif, aimant et aimé, de même que le portrait de cette famille originale et fantaisiste qui est la sienne. Une famille soudée, dont la force des liens n’aura pas suffi à chasser la mélancolie qui s’était emparée de son frère. Comment survivre à l’absence ? Comment avancer ? Laisser le temps passer sans rien faire ? Pleurer, crier à l’injustice ? Non. Olivia de Lamberterie, à travers ce livre, s’est efforcée de trouver une manière joyeuse d’être triste, de vivre aux côtés des morts en les rendant vivants. Bouleversant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s