Citation du jour

Qu’est-ce que la sagesse? C’est le bonheur dans la vérité, la joie qui naît de la vérité. La sagesse indique une direction : celle du maximum de bonheur dans un maximum de lucidité.

André Comte-Sponville – Le bonheur désespérément

61ne-wMcvKL

Publicités

Rentrée littéraire : Olivia de Lamberterie, Avec toutes mes sympathies (Stock)

img_3927

Avec toutes mes sympathies, Olivia de Lamberterie

Editions Stock, août 2018

Rentrée littéraire

Le roman d’un amour puissant entre un frère et une sœur, un amour que ni les océans, ni le temps, ni même la mort n’a altéré. Un portrait touchant, vivant, d’un homme et frère qui a choisi de mettre fin à sa vie.

Olivia de Lamberterie est passée pour la première fois de l’autre côté de la page. Critique littéraire « car la lecture est l’endroit où je me sens à ma place. Lire répare les vivants et réveille les morts. Lire permet non de fuir la réalité comme beaucoup le pensent, mais d’y puiser une vérité », elle a cette fois tenu la plume. Pour nous parler de son frère, de ce personnage chaleureux, flamboyant, qui a mis fin à ses jours trois ans plus tôt. Un frère dont elle était si proche.

Alors que jusqu’ici l’auteur ne trouvait pas la nécessité d’écrire, le chagrin paroxystique dans lequel l’a laissée le suicide de son frère, a rendu l’écriture d’une impérieuse nécessité. Non pas pour suturer ses blessures au fil des mots, mais pour continuer à faire vivre son frère à travers ces pages, pour faire connaître cet homme passionnant et passionné à un cercle étendu. Et, plus largement, pour balayer d’un revers de plume certains préjugés : non, les personnes qui passent à l’acte ne sont pas forcément isolées et sans amour ; non, l’équation du bonheur n’est pas une femme aimante + des enfants adorables + un bon travail = bonheur garanti, c’est plus complexe que cela…

Avec beaucoup de sensibilité, d’authenticité, Olivia de Lamberterie peint touche par touche le portrait de cet enfant et de cet homme, un être imaginatif, aimant et aimé, de même que le portrait de cette famille originale et fantaisiste qui est la sienne. Une famille soudée, dont la force des liens n’aura pas suffi à chasser la mélancolie qui s’était emparée de son frère. Comment survivre à l’absence ? Comment avancer ? Laisser le temps passer sans rien faire ? Pleurer, crier à l’injustice ? Non. Olivia de Lamberterie, à travers ce livre, s’est efforcée de trouver une manière joyeuse d’être triste, de vivre aux côtés des morts en les rendant vivants. Bouleversant.

Mon coffret premières lectures Montessori (éditions Nathan) : un apprentissage de la lecture valorisant!

B99F264E-BF75-4F64-A3E0-FFBDF786EF70

Mon coffret premières lectures, Sabine Hofmann, Chantal Bouvy

Illustrations Amandine Meyer

Editions Nathan, juillet 2018

Pour les enfants de 5 à 7 ans

 Les éditions Nathan lancent une collection pour débuter dans la lecture, inspirée de la méthode Montessori. Il s’agit de coffrets comprenant trois petits livres, qui permettent à l’enfant un l’apprentissage de lecture valorisant pour lui.

88B2BBD5-D714-4881-A375-E66B11BD41CE

Grâce à ces petits livres courts ( 16 pages),  comprenant une seule phrase par page, votre enfant sera ravi de pouvoir lire tout seul comme un grand. En effet, lorsque l’enfant apprend à lire il  lui faut des phrases courtes et répétitives, sinon il se décourage face aux efforts à fournir .

C368C868-F902-4FD6-8097-92442401962F

Ces petits livres sont destinés aux enfants de cinq à sept ans et se déclinent en deux niveaux : des histoires entièrement phonétiques ou des histoires comprenant un son complexe. Les sons complexes sont mis en évidence par la couleur rouge dans le texte tandis que les lettres muettes sont grisées. Cela aide l’enfant à bien repérer les sons, tout en s’aidant des images pour la compréhension.

ED90185C-7F2F-487D-B58F-B9681F17798D

Ces coffrets sont vraiment pensés pour les enfants, adaptés à leur niveau d’apprentissage, stimulants, valorisants et les encouragent à persévérer.

Le sourire du clair de lune, Julien Aranda

Le sourire du clair de lune, Julien Aranda

Editions Terra nova, septembre 2017

Des années 30 à nos jours, les aventures d’un héros du quotidien, animé par la flamme du bonheur.

Né avant la seconde guerre mondiale dans la campagne bretonne, l’avenir du petit Paul, fils de paysan et petit dernier de la fratrie, semble tout tracé. Il travaillera dans les champs. Une fatalité à laquelle cependant il se refuse, ce qui lui vaut l’inimitié de son père, déjà peu affectueux à son endroit. Dans la famille, Paul est le rêveur, celui qui est toujours dans la lune quand tous les autres ont les pieds et les mains dans la terre.

« Mon esprit batifolait sans cesse, libre comme l’air, désireux de me préserver de la souffrance. Il réinventait en permanence une réalité dans laquelle je me sentais bien. » Libre comme l’oiseau, l’esprit de Paul ne saurait rester dans la cage qu’on a érigée pour lui. Animé d’un espoir et d’une détermination à toute épreuve, d’une soif de liberté inextinguible, il veut faire ses propres choix. Son rêve ? Devenir marin. ¨Parcourir le monde. Sa philosophie ? « La première, se méfier des hommes et de leur soif de pouvoir maladie. La deuxième, quitte à souffrir, autant garder le sourire (…). La troisième, vivre intensément, ne jamais se réfugier derrière des prétextes auxquels on ne croît qu’à moitié. »

Le jour où un soldat allemand meurt dans ses bras, après lui avoir laissé la vie sauve, la vie de Paul prend un nouveau tournant.

Le sourire du clair de lune est un roman touchant, positif. Son personnage principal, Paul, nous montre qu’il faut toujours s’arc-bouter à ses rêves, défendre sa singularité, ne jamais renoncer, même si le chemin n’est pas linéaire, même si le découragement menace. Garder le sourire. Toujours. Pour décrocher la lune. Enfin.