Grand Prix du Roman de l’Académie française : la première sélection

Huit titres ont été retenus par les académiciens pour la première sélection du Grand Prix du roman de l’Académie française

C3F739B0-762B-4808-9030-5955F115AEF6

Carnaval noir, de Metin ARDITI (publié chez Grasset)

Au grand lavoir, de Sophie DAULL (Philippe Rey)

La Chance de leur vie, d’Agnès DESARTHE (L’Olivier)

Les Belles Ambitieuses, de Stéphane HOFFMANN (Albin Michel)

Les cigognes sont immortelles, d’Alain MABANCKOU (Seuil)

L’Ère des suspects, de Gilles MARTIN-CHAUFFIER (Grasset)

L’Été des quatre rois, de Camille PASCAL (Plon)

L’Hiver du mécontentement, de Thomas B. REVERDY (Flammarion)

La deuxième sélection sera annoncée le 11 octobre. Proclamation des résultats le 25 octobre.

 

Publicités

Rentrée littéraire : La vraie vie, Adeline Dieudonné ( L’Iconoclaste)

La vraie vie, Adeline Dieudonné

Éditions L’Iconoclaste, août 2018

Rentrée littéraire

Ce roman a reçu le Prix Première Plume 2018, le Prix du Roman Fnac 2018. Il figure dans la première sélection des Prix Goncourt et Renaudot 2018.

Elle a dix ans. Son petit frère Gilles en a six. Dans cette maisonnée où le père fait régner la terreur, où la mère pétrifiée, se tait et subit, l’amour mutuel que les enfants se portent forme un cocon rassurant, indestructible.

« Gilles, je l’aimais d’une tendresse de mère. Je le guidais, je lui expliquais tout ce que je savais, c’était ma mission de grande sœur. La forme d’amour la plus pure qui puisse exister. Un amour qui n’attend rien en retour. Un amour indestructible. »

Indestructible jusqu’au jour où les enfants sont témoins d’un terrible accident. Le sourire de Gilles alors se fane. Le silence se substitue à ses mots, faute d’avoir pu en mettre sur l’horreur à laquelle il a assisté. Et de s’éloigner de sa sœur, comme indifférent désormais à elle, à la vie. Une situation intolérable et indiciblement douloureuse pour la fillette.

Or les parents de ces derniers ne leur sont d’aucun secours. Entre la chasse au gros gibier, la télévision et le whisky, le père n’a pas une minute à consacrer aux enfants, continue à hurler et frapper au gré de ses accès de colère. Quant à la mère, elle encaisse les coups et se réfugie auprès de ses chèvres. Il lui est déjà si difficile de tenir debout, qu’elle ne saurait être une épaule rassurante et solide pour ses enfants.

La gamine réalise alors qu’elle ne peut compter que sur elle-même pour mener à bien sa noble et merveilleuse mission : faire refleurir le sourire sur le visage de son petit-frère. Et de se remémorer un film, Retour vers le futur, dans lequel il était possible de rembobiner le temps. Elle va alors employer toute son énergie, tout son amour, toute sa passion à étudier les sciences pour parvenir comme dans la fiction à remonter le temps, à gommer cet accident qui a fait vaciller l’équilibre de son petit frère, à revenir au point de bascule et faire bifurquer leur destin. Elle sera la nouvelle Marie Curie sinon personne. Le bonheur de Gilles en dépend.

Adeline Dieudonné nous offre un premier roman fascinant, bouleversant, cruel et sensuel à la fois, aux personnages forts, à la tension permanente. Un roman d’apprentissage dans lequel une fillette sort brutalement du monde de l’enfance, confrontée à la réalité de la vie, à la perte des illusions. Mais pas à la perte de sa combativité, de son énergie, de sa volonté. De son espoir de sauver son frère. Un roman qui vous hantera longtemps…