Rentrée littéraire : Tenir jusqu’à l’aube, Carole Fives (Galimard)

 

F3E418EB-320F-4864-ACD4-95B1CA5675E9

Tenir jusqu’à l’aube, Carole Fives

Editions L’arbalète Gallimard, août 2018

Rentrée littéraire

Un roman sur le quotidien d’une mère célibataire face à l’intransigeance de notre société. Une analyse psychologique et sociologique d’une redoutable justesse. Une histoire qui pose les bonnes questions. Un coup de cœur de cette rentrée littéraire !

« On présente la solo comme une battante, la superwoman des années 80 s’est dotée d’un nouveau pouvoir, en plus de travailler et de rester jeune, elle élève ses enfants elle-même. Elle est libre, totalement libre cette fois. De quoi se plaint-elle ? La solo a parfois poussé le bouchon jusqu’à faire un bébé toute seule, c’est son choix, son problème, elle n’a qu’à assumer et bien se tenir. » Tel est le diktat de notre société aujourd’hui, laquelle se montre intransigeante avec ces femmes qui sortent de la norme, ces femmes qui n’observent pas le modèle familial père + mère + enfants et osent élever leur petit seule. Une situation que l’héroïne de ce roman connaît bien. Mais qu’elle n’a pas choisie. Le père de l’enfant est en effet parti un beau jour sans la moindre explication, la laissant seule avec l’enfant aujourd’hui âgé de deux ans.

Depuis deux ans, elle vit donc en vase clos avec son fils, entièrement dévouée à ses besoins, à son bien-être. S’oubliant chaque jour un peu plus. Mais comment faire pour joindre les deux bouts quand il faut s’occuper de l’enfant à longueur de journée faute de place en crèche ? Comment honorer des rendez-vous professionnels et décrocher des contrats, quand on n’a ni famille, ni amis proches pour le garder ? Comment s’occuper du petit et travailler en même temps à la maison, au milieu des rires, des cris et des pleurs ? Quand se reposer et avoir un tout petit moment pour soi, pour se vivre en tant que femme et pas seulement en tant que mère ?

Elle étouffe.

Mais à qui en parler ? Sur quelle épaule trouver du réconfort ? La jeune femme se trouve abyssalement seule…

Alors elle erre sur les forums, à la recherche de mères ayant vécu une expérience similaire. A la recherche de réconfort. Mais ces forums sont le reflet de l’intransigeance de notre société. D’aucuns jugent derrière leur écran et ces échanges se transforment en cour de justice dans laquelle être mère exclut toute légitimité à la moindre plainte, au moindre désir d’avoir du bonheur en dehors de l’enfant, au moindre ras-le-bol.

Dans ce roman, Carole Fives analyse avec une incroyable justesse la situation de ces femmes qui élèvent seules leurs enfants, par choix ou non. Ces mamans solos auxquelles la société ne pardonne rien, comme elle ne pardonne rien à toute personne qui ose sortir de la norme. Avec beaucoup de sensibilité, elle soulève les vraies questions, pointe du doigt les contradictions et esquisse les réponses. Un roman magnifiquement rédigé, indiciblement touchant. Un coup de cœur de cette rentrée littéraire!

 

Publicités

5 commentaires sur “Rentrée littéraire : Tenir jusqu’à l’aube, Carole Fives (Galimard)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s