Prix Renaudot 2018 : deux femmes lauréates, Valérie Manteau (roman) et Olivia de Lamberterie (essai)!

En ce 7 novembre, à 13 heures, dans la foulée du Prix Goncourt, le jury du Prix Renaudot 2018 a annoncé son lauréat depuis le restaurant Drouant dans le quartier de l’Opéra à Paris. 

C’est le roman Le sillon, de Valérie Manteau, paru aux éditions Le tripode, qui remporte dans la catégorie roman le Prix Renaudot 2018. Et c’est Olivia de Lamberterie, avec son livre paru aux éditions Stock, Avec toutes mes sympathies, qui remporte le Prix Renaudot essai 2018.

  • Le livre lauréat du Prix Renaudot 2018 catégorie roman : Le sillon (Le tripode)

Le-sillon.jpg

« Je rêve de chats qui tombent des rambardes, d’adolescents aux yeux brillants qui surgissent au coin de la rue et tirent en pleine tête, de glissements de terrain emportant tout Cihangir dans le Bosphore, de ballerines funambules aux pieds cisaillés, je rêve que je marche sur les tuiles des toits d’Istanbul et qu’elles glissent et se décrochent. Mais toujours ta main me rattrape, juste au moment où je me réveille en plein vertige, les poings fermés, agrippée aux draps ; même si de plus en plus souvent au réveil tu n’es plus là. »

Récit d’une femme partie rejoindre son amant à Istanbul, Le Sillon est, après Calme et tranquille (Le Tripode, 2016), le deuxième roman  de Valérie Manteau.

  • Le livre lauréat du Prix Renaudot 2018 catégorie essai : Avec toutes mes sympathies (Stock)

img_3927

« Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »

Publicités

Prix Goncourt 2018 : Nicolas Mathieu

En ce 7 novembre, à 13 heures, le jury du Prix Goncourt 2018 a annoncé son lauréat depuis le restaurant Drouant dans le quartier de l’Opéra à Paris. 

index

Le Prix Goncourt 2018 va à Nicolas Mathieu , pour son roman Leurs enfants après eux, aux éditions Acte sud par six voix contre quatre à David Diop « Frère d’âme » (Seuil).

  • Le livre lauréat : 

Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l’Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour tuer l’ennui, il décide de voler un canoë et d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence. Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d’une vallée, d’une époque, de l’adolescence, le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Quatre étés, quatre moments, de Smells Like Teen Spirit à la Coupe du monde 98, pour raconter des vies à toute vitesse dans cette France de l’entre-deux, des villes moyennes et des zones pavillonnaires, de la cambrousse et des ZAC bétonnées. La France du Picon et de Johnny Hallyday, des fêtes foraines et d’Intervilles, des hommes usés au travail et des amoureuses fanées à vingt ans. Un pays loin des comptoirs de la mondialisation, pris entre la nostalgie et le déclin, la décence et la rage.

  • L’auteur : Nicolas Mathieu

Nicolas Mathieu est né à Épinal en 1978. Après des études d’histoire et de cinéma, il s’installe à Paris où il exerce toutes sortes d’activités instructives et presque toujours mal payées. En 2014, il publie chez Actes Sud Aux animaux la guerre, adapté pour la télévision par Alain Tasma. Aujourd’hui, il vit à Nancy et partage son temps entre l’écriture et le salariat.

Mes petites histoires Montessori : La nuit étoilée, Eve Herrmann (Nathan)

51wGW2nEh3L._SX396_BO1,204,203,200_

Mes petites histoires Montessori : La nuit étoilée, Eve Herrmann 

Editions Nathan, juillet 2018

A partir de 3 ans

Dans la pédagogie Montessori, les premières histoires proposées à l’enfant doivent être inspirées de la vie réelle et du monde qui l’entoure et non traiter de sujets imaginaires. Le dessin doit de même être réaliste.

Dans ce récit, Liv ne trouve pas le sommeil, en proie à de terribles cauchemars. Elle se réfugie donc dans le salon où se trouve son papa. Pour la distraire de ses peurs nocturnes, ce dernier l’emmène sur le balcon pour une leçon d’astronomie. Il lui apprend à repérer et nommer les constellations, à repérer les étoiles filantes. Finalement, la nuit aussi peut être magique !

Une histoire très tendrement illustrée par Roberta Rocchi, qui parlera aux petits et leur permettra de s’identifier aisément à l’héroïne. Pour que la nuit ne soit plus synonyme d’angoisse.