Prix Décembre 2018 : Michaël Ferrier

50341_ferriermichael2018francescamantovanigallimard_1.jpg

En cette semaine de proclamation de prix littéraires, c’est le jury du Prix Décembre qui s’est prononcé ce jeudi 8 novembre.

Michaël Ferrier, avec son livre François, portrait d’un absent paru chez Gallimard a remporté le Prix Décembre au 3e tour grâce à la double voix de la présidente du jury, Cécile Guilbert. Michaël Ferrier l’a emporté face aux deux autres finalistes, Francesco Rapazzini (L’été vénitien, Bartillat) et Elisabeth de Fontenay (Gaspard de la nuit, Stock).

product_9782072801426_195x320.jpg

François, portrait d’un absent : le livre lauréat

Une voix blanche, surgie au milieu de la nuit, annonce à Michaël Ferrier la mort de son ami François et de sa fille Bahia.
Dans la dévastation, la parole reprend et les souvenirs reviennent : comment deux solitudes, jeunes, se rencontrent, s’écoutent et se répondent ; les années d’études, d’internat ; la passion du cinéma, de la radio : la mémoire se déploie et compose peu à peu une chronique de l’amitié, un tombeau à l’ami perdu.
Entre France et Japon, Michaël Ferrier redonne vie aux fantômes, aux absents, aux disparus. Il confère aux choses et aux êtres une sombre beauté, celle de la passion de l’amitié.

 

 

 

Publicités

Rentrée littéraire : L’atelier, Sarah Manigne (Mercure de France)

D76EC6A5-D1D0-471A-B043-7D21DF9D007E

L’atelier, Sarah Manigne

Editions Mercure de France, août 2018

Rentrée littéraire

Comment vivre dans l’ombre d’un grand artiste, à fortiori son père ? Comment s’affranchir de son aura et trouver sa propre voie ?

Odile a grandi sans affection, entre un père artiste peintre et une mère froide entièrement préoccupée par son rôle de muse auprès de son mari, par le désir de participer à la gloire de ce dernier. Odile les encombre, comme une couleur qui ferait tâche sur le tableau de leur vie familiale, aussi la confie-t-on aux bons soins de la gouvernante et de son grand-père paternel. On ne sollicite sa présence que lors des grandes fêtes données à la maison, pour l’exhiber comme on exhibe les toiles dans les galeries. A 15 ans, direction la pension.

Odile sent qu’elle dérange, qu’elle encombre. Alors avec le temps, elle se fait de plus en plus petite. Mange de moins en moins. Devient presque transparente, invisible, l’ombre d’elle-même. Si fine et si frêle qu’elle disparaît presque. Mais personne ne semble s’en inquiéter. La peinture devient la voie de sa voix, sa raison d’être. Mais trouvera-t-elle sa place dans l’ombre de son père ? Se fera-t-elle un prénom ? Un premier roman intéressant sur la construction de son identité. Une immersion dans le secret des ateliers.