Citation du jour

Ne vous laissez pas abuser. Souvenez-vous de vous méfier. Et même de l’évidence: elle passe son temps à changer. Ne mettez trop haut ni les gens ni les choses. Ne les mettez pas trop bas. Non, ne les mettez pas trop bas. Montez. Renoncez à la haine: elle fait plus de mal à ceux qui l’éprouvent qu’à ceux qui en sont l’objet.
Jean d’ Ormesson – C’était bien

product_9782070768196_195x320.jpg

Jeu concours avec Flammarion : Marguerite Yourcenar, portrait intime

46445049_772338056440391_1494731876949032960_o.png

Tentez de remporter le livre d’Achmy Halley : « Marguerite Yourcenar, portrait intime » et découvrez recettes, documents inédits, extraits d’œuvre et art de vivre d’une grande dame de la littérature.
Pour participer, il suffit d’un clic ➡ concours
🤞Bonne chance à toutes et tous! 🍀
Fin du concours le 30 novembre.

Citation du jour

« Dans le murmure des feuilles qui dansent, il y a des mots doux, des papillons, des yeux émerveillés, de la force, du courage, de la joie, beaucoup de joie.
Dans le murmure des feuilles qui dansent, il y a surtout les petits bouts d’âme de ceux qu’on aime mais qu’on ne peut plus prendre dans nos bras »

Agnès Ledig – Dans le murmure des feuilles qui dansent (Albin Michel)

45007802_10217165757077481_903848602990804992_n.jpg

Double-cœur, Alexandre Jardin (Grasset) : et si on vous donnait la clef de l’amour éternel ?

F42B4458-4F4D-4E45-81B6-7E743EA74F5C

Double-cœur, Alexandre Jardin

Editions Grasset, novembre 2018

Et si quelqu’un avait découvert la clef de l’amour inusable, l’avait diffusée auprès d’initiés ? Cela donnerait une confrérie d’adeptes de la passion perpétuelle : les double-cœurs. Mais peut-être existent-ils vraiment ces voleurs d’étincelles ?…

Alexandre Bulle, écrivain, doit livrer à son éditeur germanopratin prénommé Dizzy, un roman pessimiste sur l’amour. Pour Dizzy en effet, tout sentiment amoureux est voué à ployer, décroitre et déchoir. Voilà qui contrarie fortement Alexandre Bulle, qui à l’aube de la trentaine, « aime la foudre, les gifles du désir et les Niagara de douceur », autrement dit un auteur adepte de la passion vive, qui ne conçoit pas l’amour comme tiède. L’inverse de Dizzy.

Pourtant, la relation d’Alexandre avec Eglantine semblerait donner raison à Dizzy. Après une cour assidue de neuf mois, une montée du désir à son paroxysme et trois années de vie de couple, toute folie amoureuse a disparu. Lui qui aspirait à se brûler à la flamme de la passion éternelle, se gèle en contemplant les cendres de sa vie de couple. C’est alors qu’il tombe sur le petit ouvrage de Madeleine Lévy, publié en 1947. Dans ce livret intitulé Les double-cœurs, cette femme animée d’une rage heureuse, d’une soif éperdue de vie, propose à tout un chacun d’aimer autrement. Pour Alexandre, c’est une révélation. Et de découvrir que la théorie de Madeleine a fait de nombreux adeptes, lesquels forment une confrérie secrète appelée les double-cœurs, peuple de l’amour fou. Ils s’opposent au pessimisme fataliste des « petits-cœurs », qui entretiennent la funeste conviction que toute passion est vouée à mourir, que l’intimité érode inéluctablement le désir. Les principes des double-cœurs ? On note parmi eux, que l’amour n’est pas un sentiment mais un festin de folies, que le cœur est fait pour vieillir sans craquelures, qu’aimer intelligemment c’est frustrer avec talent, qu’aimer c’est méditer ensemble, ou encore que vivre c’est aimer, c’est exiger un chef-d’œuvre sinon rien. Alexandre décide alors de se rapprocher de cette confrérie pour tenter de trouver celle avec laquelle amour rimera avec passion toujours.

Dans la sinistrose ambiante, voilà un livre optimiste, passionné et plein de folie, qui propose une autre façon de s’aimer et déclare la guerre à la routine, à la fatalité, à la tiédeur. Avec fougue, Alexandre Jardin invite le lecteur à remettre en cause l’usure du désir dans le couple, imagine des parades pour entretenir la flamme de la passion éternellement. Et tente de contaminer le lecteur avec son énergie folle, sa soif de merveilleux, sa faim d’absolu. Sa douce folie.

Doudou et la déesse des chats, Amandine Marshall et Vinciane Schleef (éditions Privat)

45951844_2256249621069609_3800426924539379712_n.jpg

Doudou et la déesse des chats, Amandine Marshall et Vinciane Schleef

Editions Privat, novembre 2018

Littérature jeunesse

Doudou n’a pas passé une bonne journée à l’école, peinant une fois encore à écrire son nom en hiéroglyphes. Sur le chemin de la maison, il aperçoit un chat caché dans les feuillages, visiblement terrorisé. Il se penche pour l’aider et découvre avec stupéfaction que l’animal est doué de parole : et le chat de lui avouer être en réalité la déesse Bastet. Mais pour se métamorphoser à nouveau en déesse, elle a besoin de retrouver son amulette magique.

N’écoutant que son cœur, Doudou décide de l’aider. Une bonne action que Bastet saura récompenser en l’aidant à progresser à l’école.

C’est une très jolie histoire que nous proposent Amandine Marshall et Vinciane Schleef, un beau voyage au pays de l’Egypte ancienne et des pharaons. Le petit Doudou (prénom égyptien authentique) montre à l’enfant qu’une bonne action, l’altruisme, l’entraide, sont toujours récompensés. Il leur permet de même de découvrir la civilisation égyptienne, les hiéroglyphes, les dieux et déesses de l’Egypte antique. Des connaissances qu’il retrouve d’ailleurs en fin d’ouvrage avec des explications complémentaires.

Un ouvrage joliment illustré, des personnages attachants, un voyage riche d’enseignements, ce livre a tout pour séduire les enfants…et leurs parents !

Jeu concours avec Flammarion et Claire-Marie Le Guay

45711731_767830776891119_8919260898867019776_o.png

Si la musique est partout, l’écoutez-vous vraiment?👂Claire-Marie Le Guay vous offre des clés pour l’écoute et la découverte de nombreux chefs-d’œuvre et vous invite à y puiser vos propres émotions. 🎵🎶
Pour tenter de remporter « La vie est plus belle en musique« , publié aux éditions Flammarion, il suffit d’un clic ➡  Jeu concours

Cinq gagnants seront tirés au sort le 23 novembre. Bonne chance à tous! 🍀📖🤞