Einstein, le sexe et moi, Olivier Liron ( Alma éditeur) : coup de coeur

F17309A7-73BD-44E6-AFC5-D2FC62D6EB22

Einstein, le sexe et moi, Olivier Liron

Alma éditeur, septembre 2018

Ce livre est un concentré d’émotions dans toutes leurs acceptions, un plaidoyer pour la différence et la tolérance. Mais aussi un formidable pont que l’auteur érige avec des mots entre sa forteresse intérieure et les lecteurs. Un pont que l’on emprunte avec des rires souvent, des larmes parfois, de l’émotion toujours. Et de l’admiration pour son indéniable talent. Coup de cœur !

L’auteur, Olivier Liron, était un brillant élève. Normalien, agrégé d’espagnol, après l’enseignement il s’est dirigé vers le théâtre et l’écriture. Il revient ici sur un épisode marquant de sa vie : son passage et sa victoire aux masters de l’émission « Questions pour un champion ». Une émission que son intelligence exceptionnelle et sa non moins exceptionnelle mémoire, lui ont permis de remporter.

Avec beaucoup de subtilité, il se sert des questions de Julien Lepers pour entraîner le lecteur plus avant dans son intimité, sur le chemin de son enfance et de son adolescence, au cœur de ses joies et de ses blessures, au cœur de sa forteresse intérieure. Car Olivier Liron est en effet autiste asperger. Comme il le précise d’emblée « Ce n’est pas une maladie, je vous rassure. C’est une différence. » Une différence qui lui vaudra d’être harcelé par les élèves de l’école, incompris par nombre de professeurs qui l’ensevelissent sous des centaines d’heure de colle. En lui, la colère, l’incompréhension, la tristesse et la solitude montent. Avec un inénarrable humour, une émotion à fleur de plume, des métaphores jubilatoires, il nous invite à comprendre sa façon d’être, de recevoir et de concevoir le monde qui l’entoure.

Il nous invite à plus de tolérance face à la différence.

Ce roman est un petit bijou. Et Olivier Liron un formidable constructeur de pont. On sent combien l’écriture est mue par un élan vital. Forte. Lumineuse. Percutante. Aimante. Oui, ce livre est un pont que l’auteur emprunte avec des mots justes, emplis d’amour et que le lecteur parcourt avec des yeux brillants d’admiration, d’empathie. D’amour aussi. Un livre qui fait du bien, car viscéralement humain.