La vie sans toi, le nouveau livre de Xavier de Moulins

la-vie-sans-toi.jpg

Xavier de Moulins nous revient avec un sixième livre, La vie sans toi, aux éditions JC Lattès. Un thriller psychologique envoûtant et addictif, qui prend aux tripes. L’auteur joue avec les nerfs du lecteur, s’amuse à brouiller les pistes, à déjouer les apparences, à déterrer les secrets, pour mieux ménager la chute, vertigineuse…

Couple et secret de famille

Eva et Paul sont les parents de deux filles, Louise et Marie. Une famille épanouie en apparence. En apparence seulement. Car Louise et Marie souffrent de devoir partager leur mère avec son envahissant travail et leur père avec son art exigeant.

Toujours entre deux avions, deux réunions, deux dossiers, Eva est en effet phagocytée par son travail d’asset manager à travers le monde. Un métier qui n’incarne pas vraiment ses valeurs morales, qui est source de pressions considérables, mais qui s’avère nécessaire pour permettre à Paul de créer sans contraintes. Pourquoi se sacrifie-t-elle ainsi? A-t-elle quelque chose à se faire pardonner?

Paul est en effet artiste. Un peintre dont la notoriété croissante n’est pas allée de pair avec sa confiance en lui. Chaque nouveau vernissage est l’occasion d’angoisses paroxystiques et de colères tout aussi phénoménales. Dans ces périodes créatives, il s’enferme dans le silence de son atelier, voire y dort, et ne supporte aucune présence, aucune contrariété. Difficile dans un tel état de stress d’être présent à l’Autre, aux autres.

Chacun, dans la famille, compose avec ces absences, ces indisponibilités, ces tensions. Chacun fait du mieux qu’il peut avec ce qu’il a vécu, ce qu’il a traversé.

Car il y a huit ans, un drame est venu faucher de plein fouet le bonheur de cette famille. Un drame qui aurait pu faire voler le couple en éclats tant la magnitude du séisme fut forte. Mais les fondations du couple ont résisté. Eva et Paul, malgré la violence des secousses, sont toujours ensemble, debout.  Mais sont-ils pour autant demeurés proches? Sont-ils si forts qu’ils y paraissent?

Ce drame est un sujet tabou, une douleur qui les ronge telle une armée de termite et fragilise chaque jour un peu plus cette famille. Mais aucun ne parvient à mettre de mots sur sa douleur, comme si la nommer exposait au risque d’être totalement englouti par elle. Une absence de dialogue source d’incompréhension, de rancœur, de culpabilité, voire de sourdes colères.

« Un mur d’incompréhension s’est dressé entre nous, un bloc invisible, forgé dans le non-dit, le silence et la solitude. »

Aussi, quand Eva trouve en Mathias Serain, le professeur de Marie, une écoute attentive et bienveillante, elle sent ses résistances s’amenuiser. Dans le plus grand secret, elle se rapproche de cet homme qui lui offre une épaule sur laquelle se reposer, qui sait être là pour elle. Contrairement à Paul. De son côté, Paul achoppe à trouver l’inspiration pour sa prochaine exposition. Enfermé nuit et jour dans son atelier pour feindre être constamment occupé à créer, il angoisse face à la toile blanche. Mais ne l’avoue à personne.

Des fissures se dessinent dans les fondations du couple. Leurs secrets respectifs vont-ils le demeurer longtemps ? Et si les non-dits généraient des répliques au séisme initial ? Le silence peut tuer. Le silence peut rendre fou. Quant au professeur de français, Mathias Serain, son soutien est-il aussi désintéressé qu’il veut le laisser penser ?

Un thriller psychologique haletant

Xavier de Moulins nous offre une forme de promenade en canoë. Imaginez un décor magnifique, une météo au beau fixe, la perspective d’une balade joyeuse avec une chouette famille. Vous embarquez en toute confiance, sauf qu’après quelques coups de pagaie, le décor change, le fleuve gronde, les rapides apparaissent, l’embarcation est secouée. On frémit, on s’inquiète, puis, quand on se croit à nouveau à l’abri, au détour d’une page, de nouveaux rapides surgissent, vertigineux, et emportent le lecteur dans leurs flots. C’est ce sentiment que j’ai eu à la lecture de Jamais sans toi, être complètement embarquée.

La maîtrise narrative est indéniable. Impossible d’anticiper les rebondissements ni la chute. Xavier de Moulins excelle à se glisser dans la tête des protagonistes et à nous inviter à le suivre. La justesse de l’analyse psychologique des personnages rend l’histoire d’un réalisme saisissant. Jusqu’où un drame peut-il affecter l’équilibre d’un couple et l’équilibre psychologique des êtres qui le composent ? La mort est-elle une fin absolue ou le début d’une vie sous une forme différente ? Comment se reconstruire après la perte d’un être cher ? Mort, deuil, secrets petits et grands sont les ingrédients de ce thriller psychologique qui vous tiendra de la première à la dernière page en otage.

 

 

Publicités