La fringale culturelle version Mook, the must have!

la fringale culturelle magazine

Si vous êtes passionné de culture dans toutes ses acceptions (musique, littérature, théâtre, cinéma…), alors vous connaissez forcément La fringale culturelle, le génial magazine digital. Mais savez-vous que depuis ce mois d’avril, La fringale culturelle existe aussi en version mook? Non?? Alors je vous dis tout, tout, tout…

La fringale culturelle : de la plateforme internet à la revue digitale

Il y a dix ans, Christophe Mangelle, passionné de littérature, a lancé un site d’un nouveau genre. Si les blogs littéraires commençaient à fleurir sur la toile – ils sont aujourd’hui plus de 2 000 (!!), lui se démarquait déjà en proposant non pas des critiques de livres, mais des interviews d’auteurs. Plus encore, des interviews filmées.

Dans chacune de ses vidéos, l’auteur et le livre sont brillamment mis en avant, les questions travaillées, le sujet maîtrisé, le montage soigné. Christophe Mangelle, aussi perfectionniste que modeste, reste dans l’ombre. De lui, dans les interviews, on n’entend que la voix.

Le succès ne se fait pas attendre. Christophe Mangelle passe alors à la vitesse supérieure : La fringale littéraire devient La fringale culturelle. Comme l’indique son nom, l’appétit de la fringale s’étend à toutes les créations culturelles désormais : littérature, cinéma, musique, théâtre, spectacles, séries TV, il y en a pour toutes les faims! Pour tous les gourmets, devrais-je dire, car là encore, force est de se réjouir de la finesse, de la pluralité et de la qualité des contenus.

Mais Christophe est un homme que rien n’arrête quand il est animé par la passion.  Heureux du succès de son site, il décide d’innover fin juillet 2017 avec un projet d’une ampleur considérable : créer une revue digitale en ligne entièrement gratuite. Pari fou? Que nenni ! LFC Magazine est né. Chaque mois, il donne rendez-vous à ses lecteurs avec plus de 200 pages d’interviews, de rencontres, dans tous les domaines de la création. Des textes maison ciselés, des photographies de grande qualité complètement inédites, une revue digitale dans laquelle le poids des mots rivalise avec celui de l’image. Un travail titanesque.

On pensait alors que Christophe Mangelle avait atteint l’Everest, que les lecteurs, incroyablement choyés et comblés, n’avaient pas en espérer davantage. On se trompait. Christophe Mangelle nourrissait pour son magazine une ambition encore plus grande : lui donner une existence sur le papier. L’Everest de l’Everest.

La fringale culturelle en version imprimée : le mook est né!

la fringale culturelle mook

Et… tout beau, tout chaud, en ce mois d’avril 2019, Christophe Mangelle et son équipe sont fiers et heureux de vous présenter La fringale culturelle sous forme de mook ! Non, il ne s’agit pas d’une faute de frappe, mais bien d’un « mook ». Kesako? Un mook est une publication hybride, à mi-chemin entre le magazine et le livre (book), d’où son nom. Ce mook, bimestriel, imprimé sur un papier de grande qualité, est un petit bijou. Livres, spectacles, musique, cinéma, série TV, interviews d’artistes émergents ou de personnalités médiatiques, vous serez incollables sur l’actualité culturelle! Ce sont ainsi plus de cent pages magnifiquement illustrées par les photographies exclusives et signées des talentueux photographes de l’agence Leextra, que vous pourrez retrouver tous les deux mois dans votre boîte aux lettres. La mise en page, la qualité des interviews, la variété des sujets, la profondeur des articles, tout, absolument tout, le fond comme la forme, est incroyablement soigné.

Comment s’abonner?

Parlons peu et parlons bien. Vous avez envie à votre tour de lire ce formidable mook? Alors, deux solutions : une impossible et l’autre facile. La première : je vous prête le mien, mais je l’aime trop pour cela , donc… deuxième alternative, vous vous abonnez!

Pour vous abonner, c’est simple : il vous suffit de remplir le formulaire d’abonnement que vous trouverez ici : Formulaire

Alors, foncez !

 

 

Publicités

Citation du jour

 Il est des combats déjà vains. Quand tout devient sombre, quand on ne saisit plus réellement le sens de l’existence, il est bon de savoir s’arrêter. Ne plus penser à rien d’autre qu’à l’instant présent. Respirer lentement et se dire qu’une seule chose importe, le souffle qui se propage jusque dans chaque extrémité de notre corps, la présence à nous même, maintenant, à cet instant précis. Et vous vous rendrez compte alors que votre respiration absorbe le passé et l’avenir, les regrets et les peurs, et qu’elle vous fait goûter à l’éternité, parce que, justement, elle est hors du temps!

Florence Herrlemann – L’appartement du dessous (Albin Michel)

l-appartement-du-dessous