Le quartier des petits secrets, Sophie Horvath

livre de' Sophie Horvath chez Flammarion Pygmalion

Vous avez envie d’un livre empli de tendresse, de bienveillance, qui place l’humain au cœur ? Alors ce magnifique roman de Sophie Horvath est pour vous. Un livre où les apparences sont bien souvent trompeuses et les secrets nombreux…

Des secrets, des fleurs et de l’amitié

Dans ce quartier bordelais, à l’écart du centre-ville et des touristes, tout le monde se connaît.  Ou croît se connaître. Sur la place où trône un marronnier centenaire, on croise la touchante Clémentine, fleuriste attachée à composer pour chaque client des bouquets soignés et personnalisés. Parmi ses clients, Paul, assureur, et ses petites manies : deux bouquets rigoureusement identiques achetés chaque mardi matin, l’un pour sa femme, l’autre pour une mystérieuse Maud. Il y a aussi une « cliente » bien particulière : il s’agit d’une vieille femme, aussi déboussolée que charmante, Viviane, qui vit dans une maison de repos et s’échappe régulièrement. Souci : elle confond la devanture de la fleuriste avec son jardin d’autrefois. Et de couper, de décapiter les fleurs à sa portée, jusqu’à ce que Clémentine intervienne avec délicatesse pour faire cesser le carnage floral.

En face du magasin « Et fleurs », le café de Nicole, quadra et mère célibataire, un cœur à prendre. Mais aussi la librairie du taciturne Bouquin, dont ce n’est bien évidemment pas le patronyme, et sur lequel on ne sait pas grand-chose hormis sa passion pour les bouquins, justement. Enfin, elle n’est pas du quartier mais redoutée de tous : celle qu’ils ont affublée du surnom « l’inspectrice ». Cette femme sans âge, armée d’une canne qu’elle pointe de façon menaçante envers toute personne qui contrevient au bon ordre, aime faire sa tournée de la place et surveiller les faits et gestes de chacun.

Ce quartier est donc une sorte de village dans la ville, où il fait bon vivre. Jusqu’à ce jour où la décapiteuse de fleurs ne donne plus signe de vie. Pour Clémentine, jeune femme toujours dans une empathie profonde, cette absence de signe de Viviane est inquiétante, quand bien même elle pourrait se réjouir qu’elle soit synonyme de fleurs épargnées. Elle prend donc des nouvelles auprès d’Hector, l’aide-soignant de la maison de repos.

Et le moins qu’on puisse dire est que ces nouvelles ne sont pas bonnes. Suite à une mauvaise chute, Viviane est alitée et doit subir une opération lourde. Pour autant que cela en vaille la peine, car la vieille femme n’a plus d’énergie, plus d’envie de vivre. Entre deux gémissements, elle murmure à Clémentine deux mots étranges : « Vadia Romanica ». Et gribouille sur une feuille de papier une fleur tout aussi mystérieuse, à croire que sa vie tient à l’énigme de cette fleur. Convaincue que cette étrange fleur pourrait avoir des vertus magiques sur Viviane, lui redonner le goût de vivre, Clémentine décide d’enquêter.

Une enquête qui va lui révéler que les apparences sont parfois bien trompeuses, que les personnes que l’on croit le mieux connaitre nous cachent souvent bien des secrets.  Viviane venait-elle vraiment par hasard dans sa boutique ? Pourquoi l’avoir choisie et non une boutique plus proche de la maison de repos ?

Le quartier des petits secrets, un roman très abouti

Sophie Horvath est l’auteure du blog Les lectures de Sophie Bazar. Une jeune femme attachante et talentueuse. Lors de la soirée de lancement de ce livre, chez son éditeur Flammarion, je lui avais dit : « Je ne vois pas comment je pourrai être déçue par ton livre, si ce dernier te ressemble. » J’avais raison. Non seulement je n’ai pas été déçue, non seulement ce livre est viscéralement humain, lumineux, tendre, comme son auteure, mais en plus j’ai découvert le talent de Sophie pour créer des ambiances, maîtriser une intrigue, prendre le lecteur par la main et lui chambouler le coeur, semer dans son esprit de douces couleurs. Son livre est comme un vaste et riche parterre de fleurs où poussent des personnages magnifiques. On y découvre des fleurs chétives qui s’épanouissent au fil des pages, des fleurs solaires, des roses avec épines. On verse des larmes qui tombent telles des perles de rosées sur les pétales de Clémentine et de Viviane. On déterre les secrets de famille, on ôte les mauvaises herbes pour permettre aux personnages de mieux respirer, de vivre leur vie conformément à leurs envies, à leurs espoirs, à leurs valeurs. On assiste à l’éclosion émouvante de Clémentine, une jeune femme qui a grandi dans le terreau sec et étouffant d’une famille bourgeoise et ose enfin s’affranchir de son tuteur.

C’est un livre dont les personnages vous hanteront longtemps, tant ils vous seront devenus familiers. Tant ils vous auront touchés. Une histoire qui fait du bien comme un bouquet de fleurs parfumé et coloré dans la pièce, comme un air de printemps à la fin d’un hiver. Comme un arc-en-ciel après la pluie.

Vous l’aurez compris, ce livre est un coup de cœur ! ❤

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s