Au grand lavoir, Sophie Daull (Philippe Rey)

sophie daull livre au grand lavoir

Sophie Daull se glisse dans la peau d’un assassin libéré depuis 13 ans et qui depuis tente de se reconstruire. Oubli, repentir, pardon, comment vit-on avec le poids de ses actes passés?

Le nouveau livre de Sophie Daull : se reconstruire après un crime

Alors qu’il regarde une émission littéraire à la télévision de façon distraite, le jardinier de Nogent le Rotrou marque un temps d’arrêt. Il connaît ce visage. Il connaît cette personne, cette femme qui vient présenter son premier roman. « C’est la fille de la femme que j’ai massacrée il y a trente ans. »

Le passé n’est pas derrière lui, il lui fait face.

Une femme qu’il a massacrée de quarante et un coups d’Opinel après l’avoir violée. Un crime atroce. S’il a été condamné à l’emprisonnement à perpétuité, il a finalement été libéré au bout de dix-huit ans, jugé « réadaptable ». Il a alors  trouvé un travail de jardinier à la ville, changé d’identité. « Les services de suivi judiciaire garantissent l’effacement, pour le retour au civil, de toute traçabilité pénitentiaire et post pénitentiaire ; ma demande de modification de prénom à l’état civil a été acceptée » Il a bénéficié de ces mesures prises pour protéger les détenus libérés de façon anticipée de la vengeance des familles.

Il se croyait donc à l’abri du passé, n’a parlé de son casier judiciaire à personne, pas même à Gilbert, son meilleur ami et collègue. Or non seulement cette femme entre par effraction dans sa vie par la fenêtre du petit écran, mais elle va entrer dans sa ville, puisque dans quelques jours, elle viendra dédicacer son livre dans une librairie de Nogent-le-Rotrou.

Il le redoute, mais sait qu’il ira à cette rencontre littéraire. C’est plus fort que lui. Commence alors le compte à rebours dans la tête du jardinier. Cinq jours avant de se retrouver face à celle qui a pris du chagrin à perpétuité. Cinq jours à se battre avec les souvenirs, le drame, la prison, la tentative de reconstruction.

Mon avis sur Le grand lavoir

Dans ce roman, Sophie Daull se glisse avec brio dans la tête d’un homme qui a commis un crime, a été emprisonné pour cela et tente aujourd’hui de se reconstruire. Comment vivre avec le fardeau de ses actes passés ? Comment composer avec la mémoire pour oublier ? Comment avancer ? Peut-on se pardonner? Peut-on être pardonné? Un roman admirablement bien écrit, comme tout ce qui naît de la plume de cette dentellière des mots qu’est Sophie Daull.

 

 

Publicités

2 commentaires sur “Au grand lavoir, Sophie Daull (Philippe Rey)

    • J’ai adoré Camille mon envolée, bien plus que celui-ci qui reste un très beau livre mais dans un style que j’aime moins ( elle se glisse dans la peau d’un criminel avec un langage un peu rude). Je préférais ses deux premiers livres à celui ci

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s