Filles de la mer, Mary Lynn Bracht

filles de la mer Mary Lynn Bracht Pocket

©Karine Fléjo photographie

Un roman magnifique, bouleversant, inspiré de faits historiques réels : le sort des « femmes de réconfort », ces jeunes femmes raflées par l’armée impériale japonaise pour servir d’esclaves sexuelles en Corée, Chine et Asie du sud-est pendant la guerre d’Asie-Pacifique. Un hommage à ces femmes aux vies volées. Un devoir de mémoire.

L’esclavage sexuel pendant la guerre d’Asie-Pacifique

Nous sommes en 1943 en Corée, sous l’occupation japonaise. Dans cette société patriarcale, Hana a la chance de jouir d’une certaine indépendance. En effet, comme sa mère, Hana est une haenyeo de l’île de Jeju, autrement dit une plongeuse. Avec un simple masque, sans oxygène, elle plonge dans les profondeurs marines en quête de fruits de mer, oursins et ormeaux. De quoi assurer sa subsistance. Sa sœur Emi, plus jeune qu’elle, n’a pas encore été initiée à cette discipline et l’attend lors de ces plongées sur le rivage.

Mais un jour, Hana aperçoit un soldat japonais qui avance dangereusement vers l’endroit de la plage où joue Emi. N’écoutant que son courage, elle nage le plus rapidement possible vers Emi et la cache sous un piton rocheux. Si Emi est épargnée, le soldat aperçoit hélas Hana et l’embarque avec lui.

C’est alors le début pour Hana d’une vie d’une extrême violence, celle réservée aux « femmes de réconfort », ces esclaves sexuelles des soldats japonais. Installée dans un bordel de réconfort, battue et violée au quotidien, l’espoir de retrouver sa famille après la guerre la tient cependant en vie. Mais survivra-t-elle jusque-là ?

En parallèle, nous suivons Emi, soixante-ans plus tard, en 2011. De son enfance elle ne parle guère à ses enfants. Mais n’oublie pas, écrasée de culpabilité que sa sœur se soit sacrifiée pour lui sauver la vie. Qu’est devenue Hana ? Est-elle toujours en vie ? Tous les ans, elle se rend aux manifestations organisées pour réclamer la justice et la reconnaissance par le gouvernement japonais de ce crime de guerre commis sur des milliers de femmes, dont Hana. Dans la foule, elle scrute chaque visage dans l’espoir d’y reconnaître sa sœur. Finiront-elles par se retrouver ? Emi trouvera-t-elle enfin la paix de l’âme ?

Un devoir de mémoire

C’est une épopée romanesque d’une intensité émotionnelle rare que nous offre Mary Lynn Bracht dans ce premier roman. Un roman envoûtant, bouleversant, qui tient le lecteur en haleine de la première à la dernière page, sensible au sort de ces femmes magnifiques de courage et d’humanité. Désireux de voler à leur secours.

Un très bel hommage à ces femmes dont le gouvernement japonais, jusqu’au début des années 2010, a nié l’existence et auxquelles, jusque 2015, il avait donc refusé la moindre réparation. Ce sont ainsi plusieurs dizaines de milliers de femmes qui ont été raflées pour satisfaire les besoins sexuels des soldats de l’armée impériale japonaise entre 1931 et 1945. Des femmes détruites physiquement et psychologiquement, qui, pour les survivantes, n’ont pas trouvé de réconfort ni d’apaisement après la guerre. Trop d’humiliation pour leurs familles patriarcales, trop de tabous autour de la chasteté et du viol, elles ont été contraintes de se taire ou de s’enfuir loin des leurs. Par honte. Par incompréhension. Maltraitées une seconde fois dans leur jeune vie. Seule une quarantaine d’entre elles vivent encore…

Le roman de Mary Lynn Bracht est donc essentiel. Pour faire connaître ce pan de l’Histoire. Pour ne pas oublier. Et éviter à cet horrible passé de se répéter.

A lire ABSOLUMENT !