Rentrée littéraire : Rien n’est noir, Claire Berest

Rien n'est noir, Claire Berest, éditions Stock

©Karine Fléjo photographie

Claire Berest nous invite à vivre au diapason de l’amour fou entre deux monstres de la peinture : Frida Kahlo et Diego Rivera. Un livre passionné et passionnant, plein de fougue et de rage de vivre. Une explosion de couleurs.

L’amour fou

Frida a 18 ans et la vie devant elle. Curieuse de tout, pleine de fougue, désireuse d’embrasser la vie, elle est fauchée en plein vol par un bus. Et le tableau des blessures est très noir : colonne vertébrale brisée en trois endroits, fractures multiples. Beaucoup se seraient découragés, laissés sombrer, d’autant que son petit ami d’alors, Alejandro, ne vient pas même lui rendre visite à l’hôpital.  Mais la jeune Frida n’est pas de cette trempe-là : cet accident l’oblige à changer ses projets certes, il ne l’a pas tuée pas plus qu’il n’a tué son appétit de vivre.

« Qu’ils soient propres ou figurés, les accidents s’apparentent à posteriori à des carrefours. On rebat des cartes qu’on ne savait pas posséder, on mesure ce qu’il nous reste entre les mains en clairvoyance de ce qui a été amputé. »

Frida sait ne devoir et ne pouvoir compter que sur elle. Pour supporter les longs mois où elle doit rester alitée suite aux multiples interventions chirurgicales, elle demande à son père de lui apporter de la peinture et des toiles vierges. La peinture sera la voie de sa voix, le fouet qui l’aidera à dompter son mal. Les couleurs seront la palette de ses émotions, les thèmes choisis les cris de ses silences.

Et de faire de ses blessures des balafres réussies.

Un matin, elle se poste devant Diego Rivera, un monstre sacré du milieu de l’art au Mexique, connu pour ses fresques murales gigantesques, mais aussi pour son appétit insatiable de femmes. Cette frêle jeune femme le défie du regard, elle qui sait tout de lui tandis qu’il ignore qui est cette métisse de 20 ans sa cadette. Tous deux sont électrisés.

C’est alors la naissance d’un amour passionné, survolté, aussi dévastateur à certains moments que sublime à d’autres, qui naît entre eux deux. Entre un peintre adulé des plus grands à travers le monde, désireux de laisser son empreinte dans le siècle, d’être aimé de tous et une jeune femme frêle physiquement mais incroyablement forte mentalement, dont le seul souhait est d’être aimée de son Diego.

Une peinture fascinante et riche en couleurs de Frida Kahlo

Claire Berest nous peint touche par touche, couleur après couleur, l’amour hors-normes entre deux êtres eux-mêmes hors-normes. Un tableau qui s’étale sur dix années et qui nous fait découvrir Frida Kahlo autrement qu’à travers ses seules œuvres. Ce roman apporte un éclairage passionnant au talent si particulier de cette femme, à sa soif de liberté, de dire et de faire ce en quoi elle croit, ce dont elle a envie, aux choix des thèmes qu’elle aborde en peinture. Libre et indépendante dans sa vie et dans ses choix, à défaut de l’être dans son corps brisé de toutes parts et ô combien douloureux.

Un roman lumineux, plein de vie, au rythme trépidant. Claire Berest a un talent fou pour nous faire vibrer, nous embarquer dans l’élan vital de sa plume. Rien n’est noir est un magnifique hommage, à lire absolument, que l’on n’aime ou pas Frida Kahlo.

Publicités