Rentrée littéraire : L’extase du selfie et autres gestes qui nous disent, Philippe Delerm

l-extase-du-selfie

©Karine Fléjo photographie

La gestuelle, ou communication non verbale, véhicule des informations importantes pour un auditeur attentif, bien plus que le langage.  En près de 50 cours chapitres, Philippe Delerm décrypte ses contemporains, non pas à travers leurs propos, mais à travers leurs attitudes. Un regard aiguisé et amusé sur ses pairs.

Les gestes qui nous trahissent

Ce que l’autre cherche à dire ne se situe pas seulement dans son discours. Clignement des yeux, maintien du buste, rigidité du corps, grattement du nez, bras croisés, jambe qui tressaute sont quelques exemples des gestuelles qui en disent autant voire davantage, que de longs discours. Et surtout, ces gestes ne mentent pas et peuvent donc contredire le discours tenu. Car si l’on peut avec plus ou moins d’aisance mentir à quelqu’un, prétendre une chose et en penser une autre, il est très difficile voire impossible, de dissimuler ses véritables intentions dans la gestuelle. Les gestes seront donc très utiles à un observateur et interlocuteur attentif.

Certains en ont même fait leur métier : la synergologie ou l’art de comprendre le non-verbal. Philippe Delerm, fin observateur de ses contemporains, a passé en revue près d’une cinquantaine de situations, de postures, qui en disent long sur le message que l’on souhaite transmettre par le langage des yeux et du corps en général.

Le vapotage, le verre de vin tenu sans le boire lors d’une conversation, l’épluchage de clémentine d’une seule main, la façon de conduire son caddie, les manches remontées au-dessus du poignet, l’extase du selfie, il étudie, observe et donne son interprétation, non sans humour et perspicacité, sur ces gestes et postures adoptés.

Une analyse subtile de la nature humaine

On imagine Philippe Delerm dans la peau d’un sociologue, d’un journaliste, d’un gentil curieux, discrètement assis à la terrasse d’un café, dans le coin d’une salle, en train d’observer les gens et d’essayer de déceler tout ce qu’ils ne disent pas mais montrent. On s’amuse de son regard aiguisé, on applaudit sa clairvoyance. Ces textes courts, qui sont sa signature, croquent en quelques mots l’essentiel d’une posture, d’un regard, d’une habitude.

Et vous, quel geste vous trahit?

 

 

 

 

2 réflexions sur “Rentrée littéraire : L’extase du selfie et autres gestes qui nous disent, Philippe Delerm

  1. Ce livre m’intrigue que ce soit pour le fond ou la forme, mais j’avoue que je reste toujours méfiante sur ce genre d’ouvrages, car l’interprétation des gestes et postures peut très vite tomber dans la généralisation si elle n’est pas faite avec intelligence…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s