L’année du gel, Agathe Portail

L'année du gel Agathe Portail

©Karine Fléjo photographie

Une semaine de vacances estivales au cœur des vignobles bordelais, c’est tentant n’est-ce pas ? Mais quand un cadavre est retrouvé dans la chambre froide, le sang des vacanciers se glace. Une enquête riche en rebondissements.

Meurtre dans les vignobles bordelais

Avec les caprices de la météo, mieux vaut avoir une bonne assurance quand on possède des vignobles. Mais Bernard Mazet a préféré prendre le risque de miser sur une météo clémente, plutôt que de payer une assurance exorbitante. Et mal lui en a pris. Le gel a dévasté ses vignes. Il n’a donc d’autre choix que d’accepter la proposition de sa femme d’ouvrir des chambres d’hôtes, d’autant que l’entretien de la grande propriété familiale de Haut-Méac est extrêmement coûteux. Et, détail qui n’en est pas un, il n’a pas avoué à sa femme ne pas avoir souscrit d’assurance.

Une bande de trentenaires débarque donc au château pour une semaine de vacances. Six jeunes gens aux personnalités bien campées et très différentes les unes des autres.

Mais au quatrième jour, le cadavre de l’un d’entre eux est retrouvé dans la chambre froide du château. Il s’agit de Clara, une jeune femme réservée. Et il ne s’agit visiblement pas d’un accident…

Une enquête aux multiples rebondissements

Agathe Portail signe ici son premier roman. Un roman dans lequel elle s’amuse avec les nerfs du lecteur, multiplie les pistes toutes plus vraisemblables les unes que les autres, pour mieux l’éloigner du vrai meurtrier. Le groupe d’amis est-il si soudé que cela ? L’unité du groupe, qui n’était qu’apparente, vole en effet en éclats avec la mort de Clara. Une jeune femme très discrète, mais qui avait l’art de susciter les confidences. Mieux : elle se trouvait toujours derrière la porte au bon moment, captant sans le vouloir des échanges secrets. En savait-elle trop ? Et si le meurtrier était quelqu’un de la bande ayant quelque chose à cacher ? A moins que Clara n’ait découvert que Bernard Mazet trafiquait son vin, faute de récolte suffisante ? Et que contenait la mystérieuse chemise rouge dont Clara ne se séparait jamais ? Le chef de la brigade locale, avec à ses basques sa tante aussi fantasque que fouineuse, va devoir faire la vendange d’indices. Et le lecteur avec eux. Des rouages parfaitement huilés, un suspens entretenu de la première à la dernière page, une chute très inattendue, L’année du gel est un bon millésime littéraire !

Informations pratiques

L’année du gel, par Agathe Portail – éditions Calmann Lévy – Collection Territoires – 356 pages – 19,90€