Miroir de nos peines, Pierre Lemaitre (Albin Michel)

 

Miroir de nos peines

©Karine Fléjo photographie

Après « Au revoir là-haut » et « Couleurs de l’incendie », Pierre Lemaitre clôt avec brio sa trilogie de l’entre-deux guerres avec « Miroir de nos peines ». Une fresque romanesque foisonnante, passionnante et viscéralement humaine.

Débâcle, exode et secrets de famille

Début 1940, les français vivent dans la douce illusion qu’ils ne feront qu’une bouchée de l’armée allemande. Il leur tarde d’en découdre, de se frotter à leurs ennemis sur le terrain. Sur le front est, Gabriel et son caporal-chef Raoul Landrade, trouvent le temps long. Une attente que Raoul rentabilise en multipliant les petits trafics. Aussi, quelle n’est pas leur surprise quand l’armée allemande arrive en nombre et ne leur laisse d’autre choix que de fuir !

Pendant ce temps, à Paris, Louise se partage entre son activité d’institutrice la semaine et de serveuse chez Jules le week-end. Au restaurant de Jules, elle croise toujours le même client : le discret docteur Thirion, un homme taiseux, qui observe chaque samedi le même rituel. Mais ce samedi-là, il brise le silence et lui fait une proposition déstabilisante : il souhaite la voir nue, sans la toucher. Et, si elle accepte, il lui remettra une belle somme d’argent. A la fois choquée et effrayée, Louise accepte pourtant. Mais le jour de son effeuillage, Le Dr Thirion se tire une balle dans la tête sous ses yeux. C’est la sidération. Qu’est-ce qui a poussé le docteur à lui faire cette demande ? Quel secret l’a conduit au suicide alors que ce vœu était exaucé ? Louise sent qu’elle ne trouvera pas de répit tant qu’elle n’aura pas reconstitué le puzzle de la vie du Dr Thirion. Un puzzle dont certaines pièces pourraient avoir un rapport avec la sienne.

Les destins croisés de personnages indiciblement attachants

Pierre Lemaitre a un nom qui lui sied à merveille. Il est passé le maître dans l’art de recréer une atmosphère, de nous rendre familiers et attachants ses personnages, de nous faire voyager dans l’espace et dans le temps. Dans ce roman, le lecteur se retrouve projeté sur les routes de France pendant l’exode, aux côtés de Louise, Jules, Gabriel, Raoul, mais aussi Fernand l’amoureux séparé de sa courageuse Alice, ou encore l’incroyable Désiré, cet usurpateur d’identité qui dégaine des mensonges plus vite que son ombre. Des personnages tous plus fascinants les uns que les autres. On tremble, on sourit, on pleure avec eux, témoins de leur vie bien plus que simples lecteurs. On quitte notre quotidien et on se met en marche nous aussi, de plus en plus proche d’eux au point de ne plus avoir envie de les quitter. Pierre Lemaitre a ce talent rare de donner chair à ses personnages, de les rendre tellement vivants qu’on oublie qu’il s’agit d’une fiction.

Secrets de famille, rebondissements, débâcle, guerre, ou quand les petites histoires rejoignent avec brio la grande.

Allez, mettez-vous en marche vous aussi, direction la librairie la plus proche !