Deux cœurs légers, Sophie Simon

Deux coeurs légers par Sophie Simon

©Karine Fléjo photographie

Un roman émouvant, viscéralement humain, sur les combats contre la haine raciale aux Etats-Unis. Mais aussi un roman sur la passion de la musique, avec des personnages que l’on ne peut pas oublier.

Etre noir aux Etats-Unis dans les années 70

Nous sommes à la fin des années 70, à Imperial, dans le Nebraska. Si à 24 ans, le père de Ray attend de son fils qu’il prenne bientôt la relève de son restaurant-grill, Ray, lui, voit plus loin. Plus grand. Depuis l’âge de 7 ans, il ne vit que pour et par la musique. Mais il se garde bien de partager son désir de devenir musicien au risque de s’exposer à la réprobation et au sarcasme de ses proches. Peu importe, il a foi en lui. Et de décider de participer à des concours de jeunes talents. Il est remarqué par un producteur qui l’invite à enregistrer son premier album dans ses studios de Los Angeles. Une nouvelle vie commence alors. Concerts, passages à la radio, Ray acquiert une certaine notoriété. Une notoriété qui lui vaut un grand succès auprès des filles, notamment auprès de Minnie.

Sauf que Minnie du haut de ses 17 ans est encore mineure.

Sauf que Minnie est blanche.

Et Ray est majeur.

Et Ray est noir.

Ce qui aurait pu tout au plus susciter quelques réserves de la part de la famille ultra-catholique de Minnie, se transforme en rejet pur et dur de cette relation. Musicien, mais aussi et surtout noir, voilà qui est inconcevable pour le père de Minnie. Et que Ray soit prêt à s’engager, qu’il ait de bons revenus et que Minnie soit heureuse avec lui, n’y change rien. Devant le refus de Minnie de quitter Ray, le père de cette dernière décide d’agir…

Haine raciale et discrimination

J’avais découvert Sophie Simon avec American Clichés et ai été tellement emportée par son écriture, sa façon incroyable de créer un univers et d’y transporter le lecteur, que j’ai suivi chacune de ses publications depuis. Deux cœurs légers, c’est un roman plein de sensibilité sur la haine raciale en particulier et sur le rejet de la différence en général (couleur de peau, corpulence, milieu social…). Se taire pour ne pas susciter le courroux des blancs quand on est noir. Encaisser les humiliations, se résigner à ce que ses diplômes ne soient pas reconnus, à ce que les hauts échelons de la société restent inaccessibles, à ce que la justice soit injuste. C’est ce qui arrive à Ray ici, tandis qu’il est fauché au faite de sa gloire. Mais va-t-il se résigner ?

C’est aussi une histoire sur l’amour de la musique, sur la passion chevillée au corps, une passion que l’on ne peut nier ou réprimer. Peut-on durablement nier ses véritables besoins, pour se conformer à ce que l’on attend de nous ? Peut-on se détourner de sa plus grande passion, sans risquer de se perdre ? Un roman plein de couleurs, de parfums, de musique, qui nous fait voyager aux Etats-Unis à la fin des années 70, auprès de personnages magnifiques.

Informations pratiques

Deux cœurs légers, Sophie Simon – Editions Anne Carrière, janvier 2020 – 297 pages – 18,50€